Voilà maintenant trois ans que la startup italienne Casavo propose son service d’iBuying, proposant aux vendeurs de leur racheter leur propriété sous 30 jours. À l’heure où l’on écrit ces lignes, la jeune pousse déclare avoir acheté pour 20 872 000 € de biens lors du mois précédent. Travaillant main dans la main avec les agences immobilières, Casavo se positionne comme un des acteurs majeurs du iBuying en Europe. On analyse aujourd’hui le concept et la démarche de la société, notamment sa façon de positionner le professionnel de l’immobilier au cœur de son fonctionnement, un pari qui pourrait bien permettre à la startup de se démarquer de la concurrence.

Dans cet article réservé aux membres premium, vous allez découvrir

  • Le fonctionnement de l’iBuyer Casavo et ses particularités;
  • Comment l’entreprise assume le fait de racheter des propriétés en dessous des prix du marché;
  • La stratégie de Casavo pour placer l’agent immobilier au cœur de son fonctionnement;
  • Les enjeux à voir arriver Casavo sur le marché français.

Le fonctionnement de Casavo, le iBuyer

Une offre de vente presque similaire à celle des autres iBuyers

À la manière de Zillow ou Opendoor, l’accroche de la startup italienne est simple pour les vendeurs « pressés ». Les propriétaires sont assurés de vendre en un mois.

Comment cet iBuyer procède-t-il? À peu près de la même façon que les autres iBuyers. Les propriétaires remplissent un formulaire sur le site. Casavo fait ensuite une proposition de vente en 48 heures. Il verse l’argent sous 30 jours si le vendeur accepte son offre.

Voici le cycle de vente de l’iBuyer italien :

  1. Préevaluation sur le site de Casavo;
  2. 1re visite après 7 jours;
  3. 1re offre après comparaison du marché sur cette zone grâce à la data;
  4. Vérification de la faisabilité du projet;
  5. Après 23 jours, prise de rendez-vous avec le notaire;
  6. Après 30 jours, rendez-vous et signature de l’acte avec le notaire.

À l’issue de la vente, Casavo perçoit 8 % de la vente contre 4 à 7 % dans une agence traditionnelle. 

Une réduction par rapport aux prix du marché

L’offre de Casavo ne ressemble pas tout à fait à celle d’un iBuyer classique. Pour justifier son offre de vente rapide, la startup applique une dévaluation du bien sur le prix du marché. C’est quelque chose que l’iBuyer assume totalement et affiche clairement sur son site comme nous allons le voir. Tout d’abord, sur la page « How it works » où l’inscription est placée au centre, de façon à ce que personne ne puisse la manquer.

Casavo Condition Destimation

« La startup applique une dévaluation du bien sur le prix du marché. »

À première vue, on pourrait penser que cette réduction est un inconvénient dans l’offre de Casavo. Cela ne semble pas être le cas, puisque la plateforme n’hésite pas à aborder ce prérequis dans ses avis clients, et surtout, à le valoriser.

Casavo Customer Stories

L’iBuyer italien demande noir sur blanc à son ancienne cliente si elle considère que Casavo a « cassé les prix de sa propriété ».

La réponse de l’intéressée est avantageuse pour la marque. Celle-ci répond que deux atouts compensent avec la dévalorisation du bien. La simplification du processus de vente et le fait que Casavo prenne en charge l’entretien de la propriété après avoir acheté.

Vous êtes déjà membre Premium ?

à propos

Arnaud Hamzaoui

Article rédigé par Arnaud Hamzaoui

L'un des anciens chez Immobilier 2.0, on l'a formé sur les bancs de l'école! Arnaud est responsable de la section Actualités et veille sectorielle. C'est lui qui déniche les dernières news de l'industrie immobilière et qui les compile. Il s'occupe aussi de la rédaction d'a ... Lire la suite