La gestion locative a longtemps été le parent pauvre de l’innovation dans l’immobilier. Pendant plusieurs années, quelques concepts se sont lancés sur ce marché, mais très peu par rapport au reste du secteur. Seulement, depuis quelque temps, on peut voir que la tendance est au changement. En effet, de plus en plus de startups et d’entreprises variées s’intéressent à la gestion locative, chacune apportant sa solution à l’un des points de friction de cette activité. Si certaines sociétés se positionnent comme des solutions pour les problèmes rencontrés par les clients, d’autres s’adressent aux professionnels. On se retrouve donc avec un marché en pleine ébullition, et ce, quel que soit le côté duquel on se positionne. François Moerlen, fondateur de Locagestion, est revenu sur les innovations qui émergent sur le marché de la gestion locative, le temps d’une conférence du RENT 2018. 

Dans cet article réservé aux membres premium, vous allez découvrir

  • Pourquoi le marché de la gestion locative se réinvente; 
  • Les stratégies utilisées par les startups pour s’emparer de ce marché; 
  • Les solutions à destination des acteurs traditionnels pour se confronter à ces nouveaux business models et services.

Un changement qui est déjà en train de s’opérer

Pourquoi ce changement du marché de la gestion locative? Pourquoi maintenant? 

Pour le conférencier, les changements dans le monde de la gestion locative s’expliquent par l’intervention de plusieurs facteurs : 

  1. L’évolution technologique :  Les clients et les professionnels du secteur sont en contact avec de nouveaux produits et services qui ont changé leurs pratiques. Les solutions de visite virtuelle, d’états des lieux sur tablette et de signature électronique se sont démocratisées auprès du grand public. 
  2. La démocratisation des données : Une multitude d’informations sont collectées chaque jour par l’État (Insee) et des acteurs privés. Professionnels et institutions publiques ont commencé à s’approprier cette data pour proposer de nouvelles expériences. C’est une évolution à laquelle tous les professionnels vont être confrontés.
  3. Un changement des habitudes de consommation : C’est un changement de vision vis-à-vis de l’immobilier. Les clients veulent toujours acquérir de la pierre, ce qui est une bonne nouvelle. Le changement réside dans l’usage : la maison de famille qui restait vide toute l’année est désormais louée sur des plateformes. Pour le professionnel, tout bien immobilier devient potentiellement louable. Dans quelques années, il y aura plus de biens en location (courte/longue durée, meublé/non meublé)

Le conférencier alerte les agents en place qui, selon lui, peuvent se dire que la loi les protège. « Les lois Alur, puis Elan ne protègent qu’en partie de l’intrusion des acteurs internationaux sur le marché français. La loi évolue : le bail numérique fait partie de la loi Elan, tout comme la suppression de la mention manuscrite d’un bail. On voit ici que la législation évolue au profit de la technologie et des nouvelles habitudes de consommation. »

De Google à la startup : ils en ont tous après la gestion locative

De nombreuses entreprises se lancent sur le marché de la gestion locative. Et malgré ce que l’on pourrait croire, il n’y a pas que des startups. Au contraire, on peut voir que tous les types de sociétés s’intéressent à ce secteur. Tous ces acteurs développent différents leviers pour prendre leur part du gâteau :  

  • Les GAFA : François Moerlen explique qu’il a rencontré le directeur Europe de Facebook en mars pour lui parler de la marketplace du réseau. Marketplace qui s’est récemment ouverte aux annonces de location immobilière. Mais le réseau n’est pas le seul à se lancer sur le marché : il parle par exemple d’Airbnb qui, tôt ou tard, se positionnera sur le marché de la location traditionnelle selon lui. Plus généralement, il explique que tous les acteurs des GAFA ciblent l’immobilier par des moyens différents (un élément traité en longueur dans la conférence dédiée aux GAFA et à l’immobilier). 
  • Les grands groupes : Tous les grands groupes ont des antennes qui leur permettent d’avoir un pied dans différentes startups. Pour le conférencier, c’est ainsi que ces derniers comptent s’attaquer au marché. Pour lui, la proptech est similaire au marché de la fintech et il rappelle que des sociétés comme Boursorama sont en réalité des filiales de grands groupes (ici, la Société Générale). 
  • Les startups : Sur environ 400 startups dans l’immobilier, la moitié propose des solutions de gestion locative en ligne. La plupart d’entre elles bâtissent leur modèle économique en s’imbriquant les unes aux autres. Ces acteurs lèvent des fonds fréquemment pour développer leurs capacités commerciales et s’implanter sur le marché. 

« Cette disruption est déjà en route, que vous le vouliez ou non. »

Les gestionnaires en ligne étaient au contact de 2 milliards de dollars en 2013, 17 milliards de dollars en 2017… et une projection prévoit que ces derniers récolteront 20 milliards de dollars en 2020. « Même si ça représentait seulement 0,5 % de part de marché global de la gestion locative en 2017, ça laisse songeur et on voit clairement qu’il y a un marché ici », commente l’intervenant. 

Les gestionnaires qui ont un profil hybride et une stratégie multicanal éviteront la disruption. Les limites de ces nouvelles solutions en ligne et des startups se voient lorsqu’il y a un incident. Lorsqu’il s’agit de déposer les clés, de répondre à une fuite, les startups dans la gestion locative n’ont pas encore la présence d’acteurs de terrain. En jouant sur cette corde, les professionnels traditionnels peuvent faire valoir leur expertise locale et s’affirmer face à ces solutions. 

Gestion Locative Innovation Logiciel Location Illustration

Comment startups et nouveaux business models s’attaquent-ils au marché de la gestion locative?  

Vous êtes déjà membre Premium ?

à propos

Arnaud Hamzaoui

Article rédigé par Arnaud Hamzaoui

L'un des anciens chez Immobilier 2.0, on l'a formé sur les bancs de l'école! Arnaud est responsable de la section Actualités et veille sectorielle. C'est lui qui déniche les dernières news de l'industrie immobilière et qui les compile. Il s'occupe aussi de la rédaction d'a ... Lire la suite