Vincent Lecamus : Salut Jérémy, suite à notre rencontre à Bastille et la présentation de ton outil Wiire, j’ai bien aimé l’approche du marché que tu avais. J’imagine que derrière cette approche, il y a une vraie connaissance de l’immobilier. Peux-tu nous en dire plus sur toi et sur ton parcours ?

jeremyteperJeremy Teper : Mon parcours est très conventionnel. Ma famille est spécialisée dans l’immobilier depuis toujours et cela m’a permis d’atteindre un niveau de connaissance métier, notamment grâce aux expériences acquises sur le terrain, suffisante pour comprendre les besoins d’un professionnel. Parallèlement, j’ai toujours porté beaucoup d’attention sur le marché, en termes économique et structurel afin de le comprendre et de l’appréhender de manière efficace. Wiire est la résultante d’un constat des besoins du secteur, l’envie de créer un outil efficace et dans son temps, puis probablement l’ambition de faire bouger un peu les choses.

 

VL : Du coup, l’immobilier est un monde que tu connais bien. Quelle est ta vision du marché immobilier français, aujourd’hui ?

JT : Le marché, comme tout le monde l’a déjà constaté, est structurellement et économiquement en défaillance. Contrairement aux modèles anglo-saxons, les professionnels français sont plus individualistes. Il y a un réel besoin de changement dans ce marché. Quand la part des transactions réalisées entre particuliers ne cesse d’augmenter, les professionnels de l’immobilier doivent se fédérer afin d’être performant ensembles.

 

VL : Quels sont les axes d’améliorations du marché selon toi ?

JT : En terme d’amélioration, je vois deux axes sur lesquels le marché peut prétendre à des améliorations. Au niveau politique, le marché a besoin d’être régulé de manière significative et ciblée. Notamment dans la formation aux métiers de l’immobilier, l’obtention de la carte T devrait être obligatoire pour tous les professionnels du secteur et une régulation des commissions et des prix de vente des biens. Au niveau des professionnels, un changement de mentalité a été constaté. Les professionnels sont de plus en plus ouverts aux outils qui leurs sont proposés. Considérer un autre professionnels comme un confrère et non comme un concurrent permet d’être plus efficace et mieux considéré aux yeux des particuliers. A l’heure actuelle, les propriétaires vendeurs et les acquéreurs doutent souvent de la performance d’un professionnel alors que personne n’est mieux placé pour estimer et vendre un bien. Parallèlement, une amélioration du service passe prioritairement par les règles basiques d’offre et de demande. Pour une agence, c’est un atout de pouvoir proposer le bien qui correspond parfaitement aux attentes d’un acquéreur, et pour cela il faut pouvoir aussi proposer les biens d’un confrère, même si la commission est réduite.

 

VL : Sur lequel as-tu travaillé ?

JT : Nous avons travaillé sur un projet qui vise à fédérer les professionnels de l’immobilier. Wiire est un réseau social d’inter-cabinet qui offre une approche très différente des plateformes web déjà existantes. Il a pour vocation de fluidifier et de démocratiser l’inter-cabinet grâce à un outil simple d’utilisation, très ergonomique et basé sur la productivité (rapport temps-résultats).

 

VL : Mais il existe déjà des outils qui permettent de faire du partage de mandat et de l’inter cabinet. Quels sont les avantages du tien ? Qu’as tu identifié pour faire la différence ?

JT : Wiire fonctionne différemment des plateformes existantes. Dans un premier temps, l’outil est créé comme un réseau social spécialisé pour une démarche d’inter-cabinet. Nous avons créé des fiches acquéreurs qui s’entrecroisent avec les fiches biens grâce à un algorithme très précis. Naturellement, la confidentialité est au cœur de la conception de ce partage : aucune coordonnée d’acquéreur ou d’informations précises sur la localisation d’un bien ne sont communiquées aux autres professionnels. Wiire entrecroise les critères de recherche et les critères d’un bien afin de proposer des résultats, il les classe en pourcentage et par ordre de pertinence. De plus, Wiire n’est pas un portail, c’est à dire qu’un professionnel ne peut pas voir les offres d’autres professionnels. Il ne voit seulement que les fiches qui correspondent à son bien ou à son client. C’est un échange « donnant-donnant » qui a plusieurs avantages. Notamment le fait qu’aucun professionnel n’est contacté par un confrère si il n’a rien à lui proposer de très concret. Le gain de temps est formidable car dès lors qu’un bien ou un client est mis en ligne, Wiire cherche à la place du professionnel pour lui donner un résultat pertinent. Si aucun bien ou client ne correspond immédiatement, alors Wiire alerte le professionnel dès qu’un résultat qui lui correspond est mis en ligne par un confrère. Ainsi, il ne passe pas à coté d’une opportunité. Un autre avantage très important, chaque acquéreur potentiel qui entre dans une agence ou qui contacte un professionnel via un portail ou directement aura tout de suite une proposition d’un bien qui lui convient. Soit le professionnel l’a dans ses mandats, soit il crée une fiche client et peut donc proposer à son client un résultat immédiatement. Cela réduit très largement la volatilité d’un acquéreur et lui permet d’avoir un seul professionnel à son écoute. Il est aussi possible de créer des comptes négociateurs, mettre en place une passerelle ou encore avoir des statistiques sur le marché.

 

VL : Très bien. Où en est l’outil aujourd’hui ?

JT : Wiire est encore en phase bêta mais compte désormais plus de 100 membres actifs qui jouent le jeu et qui ont commencé à faire des visites ensembles. Nous continuons à apporter des outils afin d’améliorer le système et nous le ferons évoluer grâce aux nombreux retours de nos membres. Nous espérons atteindre 400 membres pour janvier et 1000 pour septembre prochain. Plus il y aura de professionnels, plus ils auront de chances de faire des transactions immobilières.

 

VL : Qu’est-ce que la communauté d’immobilier 2.0 pourrait t’apporter ?

JT : Dans un premier temps, de la visibilité et un relai d’information. Immobilier 2.0 est aujourd’hui reconnu sur le marché pour son professionnalisme et la qualité de son contenu. Nous serions heureux de pouvoir collaborer avec vous sur le long terme.

Ensuite, nous savons que vous êtes bien implanté auprès de nombreux professionnels qui seront, je l’espère, agréablement surpris par notre outil.

 

VL : Bon. Pour finir, revenons sur le marché de l’immobilier. Quelles sont les 3 dernières innovations qui t’ont le plus plu/marqué ces dernières années ?

JT : Airbnb : un outil efficace et bien pensé

Meilleursagents : je trouve le modèle économique et leur approche très intelligente

Google glass : j’attends honnêtement de voir ce qu’ils vont pouvoir apporter au marché mais je pense que cela va être assez surprenant.

 

VL : Et quelles sont les prochains changements que tu sens (ou souhaiterais voir) venir pour les prochaines années?

JT : Ce que je souhaiterais : probablement une meilleure situation économique pour permettre au marché de l’immobilier de repartir sur de bonnes bases et des reformes plus pertinentes que ce qui est proposé actuellement.

 

VL : Le mot de la fin ?

JT : Chers professionnels, inscrivez-vous sur www.wiire.fr, c’est gratuit et sans engagement et nous serions heureux de vous permettre de réaliser des transactions immobilières.

 

Que pensez-vous de l’idée? Allez vous essayer l’outil?

à propos

Vincent Lecamus

Article rédigé par Vincent Lecamus

Passionné par l'innovation, Vincent est en veille constante pour dénicher les technologies et tendances qui vont impacter le secteur immobilier. Quand Vincent n'est pas occupé comme journaliste sur Immobilier 2.0, il développe de nouveaux projets entrepreneuriaux et coach des ... Lire la suite