Cela fait maintenant un peu plus d’un an que nous avons vécu le premier confinement. Un événement qui a mis à l’arrêt l’ensemble du pays et un grand nombre d’entreprises. En compagnie de Maïlys Rebora, responsable du marché de l’immobilier professionnel pour le Groupe SeLoger, nous avons décidé de nous intéresser à l’impact de cette crise sur l’immobilier d’entreprise. Le portail SeLoger bureaux & commerces recense plus de 500 000 visites par mois… de nombreux internautes qualifiés qui vont nous permettre d’en savoir un peu plus sur la réalité du marché. La chute attendue a-t-elle eu lieu ? La technologie a-t-elle permis au marché de s’en sortir ? On décrypte cela dans notre interview. 

La COVID-19 et l’immo d’entreprise : constat et vision sur le futur

Un marché qui se porte bien, avec toujours autant de contacts…

Q : Quel est le ressenti global de la COVID-19 sur l’immobilier d’entreprise ? 

Malgré certaines observations (la région parisienne, qui semble être moins attractive; le grand Ouest, qui connaît un fort afflux de recherches…), le marché de l’immobilier d’entreprise semble se porter relativement bien d’après notre experte :

« Le nombre de contacts générés par SeLoger bureaux & commerces est le même que l’année précédente. Le marché est toujours aussi dynamique. Il faut simplement aller chercher les clients différemment. Avec des propositions différenciantes, des mandats différents, des manières de les présenter ou de leur donner une utilité qui sortent de l’ordinaire ». 

… mais des délais plus longs et un besoin accru d’informations

Autre point très important pour les professionnels de l’immobilier : le délai entre la prise d’information et le contact s’est élargi. Les professionnels doivent donc optimiser leurs communications sur les portails, jouer sur le retargeting et proposer un maximum d’informations sur les annonces pour inciter l’internaute au contact.  

Professionnels : c’est le moment d’être visible et de se différencier… ou c’est la concurrence qui le fera

Q : Comment les professionnels du marché de l’immobilier d’entreprise peuvent-ils s’adapter ? 

« Un des conseils que j’aurais à donner, c’est de ne pas arrêter d’investir. Malgré ce que l’on pourrait penser actuellement, c’est le pire moment pour perdre en visibilité. Il faut voir les investissements d’aujourd’hui comme des billes que l’on place pour le futur. »

Cependant, la chef de marché SeLoger bureaux & commerces le sait, la situation n’est facile pour personne. Et si les budgets doivent être revus à la baisse, ce n’est pas une fatalité. Dans ce cas-là, les professionnels doivent se demander comment ils peuvent investir différemment dans leur visibilité. C’est une question de posture : on ne réduit pas, on fait évoluer, on déplace les budgets. On va peut-être se concentrer sur des services favorisant la qualification de prospects (scoring de leads, visites virtuelles…) plutôt que sur des opérations de notoriété. 

Mailys Reborah Seloger Bureau Commerce

Comment accompagner les pros sur le marché de l’immobilier d’entreprise ? 

Pour être plus efficace, utilisez TOUS les outils à votre disposition 

Q : Quel est le conseil que vous pourriez donner aux agents pour utiliser efficacement SeLoger bureaux et commerces ?

« Utilisez toutes les fonctionnalités à votre disposition. Je vais prendre l’exemple de la géolocalisation : dans le cadre d’un local commercial, c’est une information primordiale. Le client ne va pas juste se référer au quartier, il veut être capable d’estimer les flux de passage devant son point de vente, la présence ou non de parkings… ne pas mettre la géolocalisation, c’est un gros frein dans la prise de contact. »

Mettre la donnée au service de l’efficacité des professionnels de l’immobilier 

Q : On sait que les portails immobiliers s’attaquent fortement à la question de la donnée immobilière, cela se concrétise comment chez SeLoger bureaux & commerces ? 

« Les data sur les recherches et l’offre sont des données qui vont nous permettre d’équilibrer les propositions faites à nos clients. En somme, leur permettre de se positionner au prix du marché, et surtout, de ramener les prospects face à des éléments rationnels ».

Utiliser la donnée pour démontrer l’intérêt et optimiser les outils marketing à disposition des pros

« Il y a également tout un pan de la donnée qui va permettre d’aider les professionnels, de les amener à générer plus de business via la plateforme. »  La responsable de SeLoger bureaux & commerces reste sur l’exemple de la géolocalisation :  « si on veut convaincre les professionnels d’adopter massivement cette pratique, il faut justifier son intérêt. Par exemple, en leur montrant le nombre de contacts en plus, obtenus sur un bien géolocalisé. »

Quel est l’avenir de SeLoger bureaux & commerces ?

Q : Quelles sont les grandes thématiques que vous allez adresser dans les mois qui viennent ? 

Interrogée sur l’avenir de SeLoger bureaux & commerces, Maïlys Rebora nous présente 4 enjeux :

1. Faciliter le parcours du pro de l’immobilier sur la plateforme. Le portail veut développer l’accompagnement de ses clients. « Nous sommes en train d’opérer de nombreuses évolutions techniques pour mettre toute notre donnée au service des professionnels ».  

2. Optimiser le socle technologique. Le portail va opérer une refonte courant du mois d’avril. Refonte qui doit lui permettre de gérer plus de données, de façon à affiner ses propositions.

3. Optimiser les dépenses et le coût par lead. Le troisième axe est une conséquence des deux premiers. Car en facilitant le parcours des pros sur la plateforme et en leur proposant de nouveaux critères pour aller chercher leurs clients, le portail veut permettre aux professionnels d’optimiser leurs dépenses et budgets. 

4. Développer la vision de SeLoger bureaux & commerces auprès des professionnels de l’immo. Un enjeu qui passe notamment par la formation des professionnels aux nouveaux outils mis en place par le portail. 

Le mot de la fin de SeLoger bureaux & commerces pour les lecteurs d’Immo2 

« Tout d’abord, il faut rester optimiste. On a tous eu l’impression que cela allait être compliqué (quel que soit notre métier); pourtant, l’immobilier résiste très bien. La crise a fait évoluer le marché à une vitesse inattendue… et il faut suivre. Mais ce que l’on a observé, ce sont des transformations positives. On fait évoluer les codes, on transforme ce qui existe, mais le marché de l’immobilier professionnel n’est pas en train de disparaître ». Une vision optimiste qui n’est pas sans nous rappeler la célèbre maxime de Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme »…

à propos

Arnaud Hamzaoui

Article rédigé par Arnaud Hamzaoui

L'un des anciens chez Immobilier 2.0, on l'a formé sur les bancs de l'école! Arnaud est responsable de la section Actualités et veille sectorielle. C'est lui qui déniche les dernières news de l'industrie immobilière et qui les compile. Il s'occupe aussi de la rédaction d'a ... Lire la suite

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium