Lors de l’édition européenne du MIPIM PropTech 2019 à Paris, plusieurs acteurs du secteur de la construction ont débattu sur la capacité des technologies, nouvelles et traditionnelles, à réduire le coût de celle-ci. Au programme de cette table ronde, les sujets abordés ont été les promesses et les limites du BIM (Business Information Modeling), notamment comme levier de réduction des dépenses globales, et l’intégration de nouveaux matériaux (bois, aluminium, acier, assemblages) pour diminuer les frais de chantier. Alors, comment se modélise le marché de la construction, notamment en France? Et en quoi les technologies virtuelles (BIM) et réelles (matériaux) peuvent-elles garantir la maîtrise des coûts?

Intervenants : Elin Sondergard (Saint-Gobain), Hervé Gatineau (Eiffage), Sébastien Matty (GA)

Dans cet article réservé aux membres premium, vous allez découvrir

  • Comment le nouveau modèle d’assemblage sur place permet de réduire les coûts des chantiers de construction;
  • Pourquoi le modèle Full BIM devient une évidence pour optimiser les coûts et les délais sur les chantiers de promotion;
  • Les limites actuelles du modèle BIM;
  • Pourquoi la maquette numérique doit encore être appréhendée pour les professionnels.

Le BIM, un outil collaboratif à savoir prendre en main

La construction industrialisée – fabriquer tout ou une partie du bâtiment en dehors du chantier – est un nouveau concept qui offre des avantages économiques, mais qui peine à s’imposer en France. L’une des raisons majeures : le frein structurel à l’innovation dans le secteur du bâtiment, à savoir l’adoption du (Full) BIM et l’emploi généralisé de matériaux de proximité.

Petit rappel : le BIM, ou Full BIM, est une suite de méthodes de travail ou processus utilisés tout au long de la conception, de la construction et de l’utilisation d’un bâtiment. Les maquettes numériques 3D utilisées permettent d’effectuer en temps réel des analyses et simulations (énergétiques, structurelles), des détections de conflits (interférences physiques ou fonctionnelles), des contrôles (respect des normes, du budget) et des visualisations simultanées.

Pour être efficace en termes de ROI, la construction sur BIM doit être appliquée dans un contexte où toutes les étapes sont pensées et conçues comme interdépendantes les unes des autres, du bureau d’étude à la phase d’assemblage. « La maquette numérique 3D du BIM, qui fournit une visibilité sur l’ensemble de la chaîne, contribue à réduire les coûts de construction en évitant les problèmes de conception avant le début des travaux, grâce à l’implication de tous les acteurs de la chaîne dès la validation des plans », explique Sébastien Matty. 

Vous êtes déjà membre Premium ?

à propos

Vincent Lecamus

Article rédigé par Vincent Lecamus

Passionné par l'innovation, Vincent est en veille constante pour dénicher les technologies et tendances qui vont impacter le secteur immobilier. Quand Vincent n'est pas occupé comme journaliste sur Immobilier 2.0, il développe de nouveaux projets entrepreneuriaux et coach des ... Lire la suite