Après nous être intéressés à l’impact du coronavirus sur les marchés du coworking et du coliving, nous nous tournons aujourd’hui vers d’autres acteurs majeurs de la proptech : les iBuyers et les agences en ligne. Comment la COVID-19 a-t-elle impacté le business de ces acteurs? Leurs business models sont-ils remis en question? On va voir que tout n’a pas été forcément rose pour tout le monde… notamment les collaborateurs de certaines sociétés.

Dans cet article réservé aux membres premium, vous allez découvrir

  • Comment les agences en ligne ont-elles vécu la crise de la COVID-19;
  • La réaction des iBuyers face au confinement et l’impact de ce dernier sur leur activité;
  • Les éléments qui ont permis à ces modèles de se démarquer durant cette période.

Les agences nouvelle génération tiendront-elles la crise?

Depuis quelques années, on voit poindre sur le marché immobilier des agences et des réseaux d’agences nouvelle génération. Même si l’on peut encore se questionner sur la pérennité à long terme de leur modèle, ou encore la légitimité de leur levée de fonds, on sait qu’il faut désormais composer avec ces dernières. Pour observer l’impact de la COVID-19 sur ces nouveaux venus, nous avons décidé de nous intéresser à deux acteurs différents, mais qui sont tous deux des poids lourds de leur catégorie : Purplebricks et Compass.

Purplebricks : les nouveaux business models ont-ils montré leur limite?

Purplebricks, figure de proue des agences en ligne, a très rapidement réagi face à la crise, effectuant rapidement de grosses coupes dans ses budgets marketing. Un choix qui s’explique notamment par le fait que c’est l’un des principaux budgets de la startup.

La société est en pleine phase d’expansion, et se situe sur un marché où les dépenses marketing sont très importantes pour se développer et s’inscrire dans l’esprit des clients. Dans son analyse sur la prise de participation du groupe Axel Springer dans la startup, Mike DelPrete explicite ce phénomène et le fait que Purplebricks joue une course où il ne peut y avoir qu’un seul arrivant.

Dans ses déclarations, la direction de Purplebricks a expliqué que ces décisions avaient pour but d’éviter au maximum de « brûler du cash ». La société expliquant que la crise et les mesures gouvernementales allaient forcément impacter négativement le marché immobilier.

Vous êtes déjà membre Premium ?

à propos

Arnaud Hamzaoui

Article rédigé par Arnaud Hamzaoui

L'un des anciens chez Immobilier 2.0, on l'a formé sur les bancs de l'école! Arnaud est responsable de la section Actualités et veille sectorielle. C'est lui qui déniche les dernières news de l'industrie immobilière et qui les compile. Il s'occupe aussi de la rédaction d'a ... Lire la suite