Le RENT est fréquenté aussi bien par des business angels, des startupers à l’affût des dernières tendances que d’agents immobiliers dits traditionnels, également en quête de découvertes digitales pour faciliter l’obtention de leads. Tous ont compris qu’une vente immobilière ne peut exister sans l’apport de techniques de vente et de technologies favorisant la prise de contact en ligne. C’est pourquoi les pages d’agences immobilières ont fleuri sur les portails (SeLoger, MeilleursAgents, leboncoin…) aux huit coins de l’Hexagone. Les prévisions 2019 affichent plus d’un million de ventes dans l’ancien. Serait-ce possible sans le digital? Éléments de réponse pour comprendre le parcours en ligne avec Christine Fumagalli, présidente du réseau Orpi, et Bertrand Gstalder, président de SeLoger.

Dans cet article réservé aux membres premium, vous allez découvrir

  • Les changements que le numérique à opéré chez les clients
  • Les raisons pour lesquelles les agences immobilières ne ferment pas à l’heure du numérique
  • Les raisons pour lesquelles les acteurs du numériques et les professionnels de l’immobilier sont complémentaires et non concurrents

Un parcours client basé sur la transparence et la durée

La recherche de transparence offerte par le numérique

Christine Fumagalli, présidente du réseau Orpi, analyse le million de ventes dans l’ancien en 2019 par une combinaison de facteurs, et pas exclusivement par l’apport du digital. « Il a évidemment un impact sur la demande de transparence du vendeur et sur le prix, mais je pense que les taux d’intérêt, la démographie et les bassins d’emplois expliquent également ce haut niveau de transaction. » Bertrand Gstalder, président de SeLoger, appuie les propos de sa consœur et insiste sur « la confiance liée au digital, qui permet au marché d’être agile ».

Un long parcours initiatique pour le vendeur

« Des clients de SeLoger, pas forcément des vendeurs (particuliers) d’ailleurs, se créent une alerte qu’ils suivent sur plusieurs années. Parmi les profils d’acheteurs, celui-là s’appelle le curieux », rappelle Bertrand Gstalder. C’est-à-dire que l’acquéreur non pressé effectue une veille pour acheter un bien au moment opportun. À l’inverse, le propriétaire, peu pressé de vendre, s’assure que son bien continue à prendre de la valeur et peut, grâce à cet outil digital, se dire qu’il est temps de vendre pour acheter plus grand ailleurs… grâce à une seconde alerte sur un autre secteur. Le principe d’alerte représente un bon moyen pour suivre la valeur de son bien sans avoir à être vigilant au quotidien. Nul doute que plusieurs d’entre vous utilisent ce système d’alerte en tant que professionnels, précisément sur des marchés tendus.

Vous êtes déjà membre Premium ?

à propos

Florian Mas

Article rédigé par Florian Mas

Le marketing et la communication immobilière n'ont plus de secrets pour Florian. Sa vision est simple, le succès de votre entreprise immobilière ne tient qu’à une chose : une bonne stratégie de génération de prospects vendeurs et acheteurs pour alimenter une base de donn ... Lire la suite