Des suites du covid, le chômage généralisé aux États-Unis pousse de nombreuses personnes à puiser dans finances. En réalisant une levée de fonds de 20 millions de dollars, la start-up new-yorkaise veut inciter les propriétaires à capitaliser sur leur propriété plutôt de que la vendre.

Comme nous venons de l’annoncer, la stratégie d’EasyKnock consiste à permettre aux propriétaires de puiser dans le capital de leur maison.
Quelle est son approche ? La start-up propose aux propriétaires de racheter leur propriété et de leur louer.

L’immobilier est-il en train de devenir un asset liquide ?

Les propriétaires qui traiteront avec  EasyKnock percevront environ 70 % d’encaissement anticipé. Ces derniers s’engagent à payer un loyer mensuel au taux du marché ainsi qu’une commission de 2%. Au final on voit que le procédé est coûteux pour le propriétaire.

Avec ce positionnement Homeday tend à se substituer aux banques mais surtout contribue à rendre l’actif immobilier encore un peu plus liquide. Une tendance que l’on retrouve chez de plus en plus d’entreprises de la Proptech, que cela soit les iFunder, les iBuyers et consorts. Toutes ces entreprises qui se positionnent sur l’accélération de la transaction immobilière font du bien immobilier un bien plus liquide qu’auparavant.

Au delà de ce constat on peut également observer que les startups de la proptech se positionnent de plus en plus sur la question du financement. Une problématique dont on a pas fini d’entendre parler à mon avis et qui sera certainement un des points central des annonces à venir dans la proptech et autour.