On entend parler de plus en plus d’enchères immobilières en ligne, d’appels d’offres immobiliers, de tests de prix marché. En France, deux startups se démarquent. Aux États-Unis, c’est carrément Google qui a investi dans une startup spécialisée. En Australie, une entreprise a pris une place prépondérante dans le cœur des particuliers. La Belgique, l’Amérique du Sud et bien d’autres pays disposent aussi de leurs outils…

Côté utilisateurs, ça comble directement le problème du prix et du délai de vente. On comprend mieux l’engouement. 🙂 

Mais qu’en est-il vraiment? Quelles sont les startups? Que proposent-elles? Et surtout, comment profiter de ces outils en tant que professionnels de l’immobilier? Immobilier 2.0 décrypte cette tendance et répond à vos questions sur cette nouvelle pratique; pratique en cours de démocratisation qui pourrait devenir l’un de vos outils, ou l’un de vos concurrents…

Le contexte des enchères immobilières online

Chaque pays dispose de spécificités juridiques particulières, qui rendent difficile la mondialisation d’une offre. Cependant, des initiatives intéressantes existent dans de nombreux pays. Et il est bon de rappeler que rien n’est impossible dans l’univers des startups. Airbnb ou Uber sont encore « à la limite de la légalité » dans certains pays où ils exercent une bonne part de leur activité. C’est pourquoi on reste en veille. ☺

Aujourd’hui, on fait le point sur les startups qui pourraient conquérir une partie du business mondial à travers les enchères immobilières en ligne.

De la vente (quasi-)directe aux enchères en ligne…

Immo-Interactif et 36HImmo (France) : la vente réservée aux notaires!

Une vente notariale interactive assurée en 45 jours 

immo-interactif

On ne vous apprend rien en rappelant qu’en France, la loi impose systématiquement le recours à un notaire lors d’une vente d’un bien immobilier. Par contre, combien de vos confrères sont au courant de l’existence d’un système hybride répondant au nom juridique de Vente Notariale Interactive (VNI)? En effet, pour ne pas passer à côté d’un marché florissant de la confrontation interactive de l’offre et de la demande, le regroupement national des notaires a lancé Immo-Interactif, un appel d’offres sur le web pour vendre ou acheter un bien immobilier dans un délai de 45 jours.

À défaut d’une vente aux enchères traditionnelle, le modèle de la VNI se rapproche partiellement de celui d’une agence immobilière. Un vendeur laisse son notaire se charger de la publicité et des visites de son bien. Les informations pour étudier le bien se retrouvent en ligne sur Immo-Interactif. Dans la tranche horaire fixée entre le négociant et le notaire, la réception des offres court sur une durée de 24 heures. Seuls les potentiels acquéreurs inscrits auparavant et ayant reçu l’agrément notarial sont en mesure de porter leur offre.

Avec 1 % des transactions immobilières françaises, le portail en ligne garantit une méthode rapide et atypique, entre négociation ordinaire et ventes aux enchères offrant des garanties juridiques. Les collectivités locales, fondations, associations apprécient Immo-Interactif pour écouler leur patrimoine rapidement et en toute transparence.

Pour ce qui est de 36H Immo, on vous en avait déjà parlé à l’époque : Vendre un bien immobilier en moins de 36H grâce à Internet !

Auction : la vente aux enchères entre particuliers!

La vente aux enchères en ligne en mode startup sponsorisée par Google

auction

Contrairement à la France, la reconnaissance d’un notaire n’est pas nécessaire aux États-Unis. La négociation peut avoir lieu jusqu’au dernier moment. Chaque état dispose d’une large indépendance dans la législation immobilière. C’est pourquoi la présence d’un avocat est nécessaire pour le closing (signature ferme de l’acte définitif), de quoi s’assurer un contrat bien ficelé. Dans le cas présent, il est clair et net que la profession d’agent immobilier actuelle est menacée. D’où la nécessité de vous remettre en cause en axant votre axe de communication sur l’apport de simplification des actes juridiques qu’offrent vos services. Et aussi sur votre expertise du marché local, sur lequel un site aux enchères apporte zéro apport.

La startup Auction.com s’est appuyée sur cette législation restreinte pour proposer, depuis 2008, une offre tout-en-un aux acheteurs américains : recherche exhaustive de biens, participation aux enchères, aspect administratif lié à l’acte de vente final. Contre une commission en offrant de l’initiative au paiement, l’intégralité se passe en ligne. La visite du logement avant le début des enchères est possible quelques semaines auparavant. Une pratique essentielle lorsque le client réalise qu’un achat aux enchères n’autorise pas la rétractation de l’acquéreur… Cinq ans après sa création et avec moins de 90 salariés, Auction.com recensait 35 000 enchères conclues pour un volume de 7 milliards de dollars sur l’année 2013. Jusqu’à l’an dernier, Auction allait chercher son audience chez Zillow, Trulia ou encore Realtor, qui agrègent leurs données en listant des biens proposés par des sites de courtage individuel.

Les enchères en ligne avaient davantage de chances de fonctionner aux États-Unis que dans de nombreux pays européens, étant donné que les services des hypothèques n’existent pas chez l’Oncle Sam. Après avoir lancé une plateforme en Allemagne en 2013 et tenté le marché irlandais, la startup américaine a décidé de faire machine arrière et se recentrer sur les États-Unis. Auction.com préfère asseoir un modèle solide avant d’internationaliser son offre et peut-être de revenir en Europe…

Les 7,5 milliards de dollars générés par la vente de résidences et commerces aux enchères online en 2013 par Auction.com n’a pas laissé Google insensible. En 2014, la multinationale investissait 50 millions de dollars dans la startup, estimant que les biens se vendront directement entre particuliers dans un avenir proche.

En 8 années d’existence, la startup américaine avait grossi, mais il lui fallait le maillon manquant que lui offre Google, à savoir optimiser sa stratégie marketing en améliorant le produit sur les applis. Le predictive data dont dispose Google permet dorénavant à Auction.com de croiser les comportements de recherche aux actes d’achats des enchérisseurs. Ce partenariat va rendre l’expérience utilisateur beaucoup plus efficace afin de laisser les vendeurs réaliser eux-mêmes le marketing de leur bien immobilier.

… à l’enchère en ligne : les outils pour les professionnels de l’immobilier

Comme vous venez de le voir, les enchères en ligne vendent au plus offrant un bien immobilier à un prix fixé par le vendeur, sous couvert du notaire en France. Il existe d’autres méthodes dites d’enchères en ligne (donc pas de vente) moins risquées pour une personne mettant son logement en vente. Petit tour d’horizon, de la Belgique à l’Australie en passant par l’Hexagone.

unefois-deuxfois.be (Belgique) : susciter l’emballement des prix

unefoisdeuxfois

Prendre le problème à l’envers, tel est le crédo de unefois-deuxfois.be. Plutôt que de fixer un prix volontairement excessif pour le baisser ensuite, la startup belge propose de partir d’un tarif légèrement plus bas afin de laisser les enchères grimper et ainsi obtenir un prix de marché réaliste. Le vendeur qui espère 200 000 € de sa maison, mais qui la met en vente à 240 000 € va attendre longtemps et les acquéreurs vont jouer la montre pour négocier âprement, ce qui va créer des frustrations pour tout le monde. En laissant les intéressés enchérirent, le vendeur suscite l’emballement et peut dépasser le prix initialement souhaité.

C’est vous, agent immobilier, qui assurez le rôle d’expert en déterminant avec le propriétaire le prix minimal adéquat. Aucune mauvaise surprise, puisque ce prix de départ – montant dont un candidat doit disposer pour enchérir – diffère du prix minimum, c’est-à-dire la somme en deçà de laquelle la maison ne peut être vendue. Vous fixerez également une date pour l’enchère en ligne qui conviendra aussi bien au vendeur qu’à unefois-deuxfois.be. À l’issue des différents tours d’offre, le vendeur reçoit un résumé de l’ensemble des enchérisseurs. Là encore, votre rôle d’agent immobilier est prépondérant, car vous finalisez l’acte de vente et épaulez le vendeur au moment du transfert.

Après la Belgique, unefois-deuxfois.be s’implante massivement en Europe : Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Portugal et Pologne. Le Panama et maintenant l’Amérique latine utilisent aussi cet outil.

Oxioneo (France) : l’appel d’offres immobilier en temps réel pour les professionnels

oxieno

Oxioneo-Immo.com va rassurer les agents qui s’imaginent que la profession est condamnée à terme avec les enchères immobilières en ligne. En 2014, trois Bordelais ont créé une plateforme interactive où l’agent immobilier facilite la vie de l’acquéreur comme celle du vendeur, en confrontant l’offre à la demande en temps réel. Après avoir fixé le prix de départ des enchères avec l’agent immobilier, le vendeur est presque certain d’acquérir son bien au juste prix lors d’enchères anonymes évoluant par palier sur un délai de 24 heures. Un système serein qui assure la multiplication des mandats exclusifs, donc plus de ventes pour votre agence. Vous pouvez également conforter vos clients en rappelant que c’est à eux de choisir l’offre qui leur plaît le mieux, et non pas le plus offrant qui l’emporte forcément.

En plus de gérer le planning des visites, vous recueillez dans un délai défini auparavant des offres d’achat pour ce logement, voire un parking. Votre rôle d’intermédiaire offre une solution immédiate pour interroger les tarifs en temps réel de vos clients. La startup bordelaise s’engage par ailleurs auprès des vendeurs à vérifier la solvabilité du futur acquéreur. Une enchère non atteinte n’a rien de catastrophique. Oxioneo aura permis aux vendeurs de comprendre la réalité du marché.

IMOXO (France) : le nouveau venu qui fait parler de lui

imoxo

Fondé en janvier 2015 et lancé en septembre dernier, IMOXO.fr a fait le choix de présenter des biens à un prix de base attractif afin que les clients soumettent directement leurs enchères. Vainqueur du Trophée de l’innovation FF2i-RENT, le site, géré par deux professionnels spécialisés dans l’immobilier, se positionne comme un marché interactif afin de vendre promptement un bien à travers un procédé de collecte d’offres concurrentielles. Le client sait ainsi instantanément la véritable valeur de son habitat sur le marché, ce qui facilite forcément la vente via le principe des enchères en ligne.

Contre une rétribution mensuelle, les agents immobiliers peuvent disposer de la plateforme pour organiser des enchères. L’agence dispose d’un mois pour relayer sur d’autres sites le bien mis en ligne sur IMOXO. Les acheteurs intéressés lisent une documentation en ligne avant une éventuelle visite, qui nécessite l’obtention d’un agrément. C’est vous qui validez pour votre client les gages de sérieux afin de participer aux enchères (48 heures maximum). À la différence des autres sites, IMOXO ne précise pas de prix de réserve. Les acquéreurs doivent formuler et rehausser selon la concurrence. À l’issue du processus, votre mission visera à présenter un compte-rendu fourni au vendeur, qui acte ou non la concrétisation de la vente.

Pour information, IMOXO a levé 540 000 euros auprès de Business Angels en novembre 2015.

… en passant par le marché de l’offre et la demande en temps réel!

realAs (Australie) : l’outil d’enchères en ligne en temps réel, permanent et sur l’ensemble du marché

realas

Les enchères sont une pratique historique courante en Australie, où la vente d’une maison s’opère en moyenne entre quatre et cinq semaines. La pratique en ligne s’est donc elle aussi généralisée. Pour autant, les enchères en ligne disposent d’un cadre plus contraignant que chez le cousin américain.

realAs.com a trouvé la parade en proposant un site et une appli gratuits, véritables outils de test constants pour fournir les prix du marché immobilier aux particuliers et investisseurs. Pensé par et pour les acheteurs, realAs fournit des prédictions précises sur les prix de vente en s’appuyant sur un algorithme breveté, développé pendant trois ans. À cela, il faut ajouter le fait que les acheteurs potentiels peuvent évaluer eux-mêmes le prix des biens et proposer leur estimation, ce qui influe sur les prédictions de realAs et permet de proposer un vrai outil permanent de test de l’offre et de la demande immobilière. Un forum permet également aux acheteurs et vendeurs d’échanger des informations sur les maisons individuelles. realAs se positionne donc en amont du marché, en fournissant un outil de prédiction addictif aux acheteurs et aux vendeurs!

Fin 2013, la startup de Melbourne a vu des agents devenir menaçants à la vue de son succès auprès des particuliers. Mais d’autres professionnels ont applaudi le projet, estimant que realAs.com contribuerait à apporter de la certitude pour les acheteurs et les vendeurs. Ce qui est bluffant, c’est que les chiffres démontreraient que 64 % des prédictions sont à moins de 5 % du prix de vente définitif, 89 % chiffrent à moins de 10 % et 99 % des prédictions sont à moins de 20 % du tarif final. Toutes ces raisons expliquent que l’appli et le site gratuits connaissent un succès considérable.

Comment tirer parti de ces outils en tant que professionnels de l’immobilier?

Dans cet article réservé aux membres premium, vous allez découvrir

  • 4 conseils pour tirer parti au mieux des outils d’enchères immobilières en ligne;
  • Les manières d’intégrer ces outils à votre processus commercial;
  • Comment préparer l’arrivée potentielle de concurrents basés sur ce modèle?

Vous êtes déjà membre Premium ?

Cet article concerne Oxioneo (Startups immobilières).

Découvrez les Startups immobilières de La Réserve

à propos

Vincent Lecamus

Article rédigé par Vincent Lecamus

Passionné par l'innovation, Vincent est en veille constante pour dénicher les technologies et tendances qui vont impacter le secteur immobilier. Quand Vincent n'est pas occupé comme journaliste sur Immobilier 2.0, il développe de nouveaux projets entrepreneuriaux et coach des ... Lire la suite