Je pense que tous les intervenants et acteurs de l’immobilier – agents immobiliers ou gestionnaires – ont en tête les événements du 5 novembre à Marseille. L’effondrement de trois immeubles. Ne croyons pas que les problématiques soient spécifiques à Marseille. Toutes les villes anciennes de France sont dans la même situation,surtout celles qui n’ont pas vu l’immobilier de centre-ville flamber.

Depuis ce drame, la Métropole Aix-Marseille Provence a organisé des assises : les assises citoyennes de l’habitat, qui ont demandé des contributions à tous les intervenants qui se sentaient concernés.

L’open data en 2019 comme une évidence

Il est évident que les 17 ou 18 intervenants publics (services de secours, services municipaux, services de l’État…) ne partagent toujours pas leurs données. Très peu d’informations sont corrigées et le plus souvent dans des mails. On a même pu constater que certains fonctionnent toujours avec du papier et des stylos… quand d’autres élaborent des fichiers excel… La fluidité et l’uniformisation de cette information incombent désormais à l’État ou aux collectivités locales. Il faut plus de transparence et de traçabilité.

Quelques semaines après la publication des demandes de valeurs foncières, la dynamique “open data” s’accélère en PACA. Le SGAR – avec le concours du CRIGE et de Datactivist – organise une data week du 24 au 28 juin 2019 à Marseille, avec 2 objectifs :

●      Inciter les services de l’État à ouvrir plus largement leurs données.

●      Positionner l’État comme facilitateur et soutien des initiatives citoyennes.

Pour s’inscrire, rendez-vous sur www.dataweek.fr

Un immeuble dure 200 ans

Qu’ils soient professionnels de l’immobilier, architectes, ingénieurs structure, experts d’assurance, sécurité civile, pompiers, ARS, les intervenants doivent pouvoir prendre en compte l’historique de l’immeuble, de ses travaux, de ses expertises. Un immeuble a une durée de vie supérieure à 200 ans. Tout au long de sa vie, l’immeuble va subir des événements, à commencer par des dégâts des eaux que tout le monde ignore. A ce jour, tous ces événements, toutes ces informations se perdent au fil du temps.

Rue d’Aubagne

Le meilleur exemple, celui de la Rue d’Aubagne : l’immeuble du 65 rue d’Aubagne avait été signalé dès 1953 – au moment de sa mise en copropriété – en très mauvais état (source officielle de l’époque). Depuis, les syndics et les experts judiciaires se sont succédés. De même pour les arrêtés de péril… mais à chaque fois, la réponse a été ponctuelle et les travaux partiels. Personne n’avait l’historique de l’immeuble et donc une vision complète des problèmes. C’est probablement cette “amnésie”, ajoutée à des négligences, qui a abouti au drame du 5 novembre…

Tout a été laissé sans suite véritable, sans traces, sans mesure de la vétusté de ces vieux immeubles. Tous les signalements des experts n’ont pas été suivis dans le temps. Les plans de travaux exécutés ont disparus.

Marseille Stephane Pujol Tribune Immobilier

Quelles mesures prendre ?

La centralisation des données des collectivités locales et intervenants publics est donc impérative. Les acteurs privés devront sans doute enrichir les bases de données avec leurs informations (cf. fichier des immatriculations des copropriétés).

L’objectif est de compléter les données administratives avec des données sur la qualité de gestion, la traçabilité des travaux engagés, le suivi des fissures et des dégâts des eaux, le signalement des appartements insalubres ou indécents, le recensement des problèmes propres à l’immeuble.

Nous avons besoin de transparence, pour savoir ce qui a été mis en place pour mesurer le manque d’entretien et de contrôle. Contrairement à une idée reçue, les problèmes rencontrés à Marseille dépassent de loin notre ville mais concerne tous les immeubles anciens dont la valeur économique est faible.

à propos

Stephane Pujol

Article rédigé par Stephane Pujol

Mari, papa, agent immobilier et marseillais. J'ai acheté une société en 2002 de 4 personnes, nous sommes désormais presque 30 dans les services immobiliers, la gestion immobilière, le syndic, la locati ... Lire la suite