Pourquoi acheter des films quand un abonnement Netflix permet d’avoir l’accès à un catalogue dont il est impossible de faire le tour? Pourquoi acheter des morceaux d’un album, quand le streaming nous permet d’accéder en illimité à des millions de titres? Pourquoi acheter une voiture alors que des services d’autopartage nous permettent d’en avoir une à disposition au besoin? On est passé dans une ère où l’usage que l’on fait d’un service ou d’un objet importe plus que la propriété de la chose en elle-même. Cette évolution de nos modes de consommation s’installe également dans l’immobilier. Si jusqu’à présent, devenir propriétaire était un passage quasiment obligatoire dans la vie d’un particulier, il semblerait que les lignes commencent à se tordre. Face à des modes de vie de plus en plus mobiles, à la volonté accrue d’accéder à un lifestyle plutôt qu’à une possession et à un marché immobilier de plus en plus saturé, l’accession à la propriété est en pleine remise en cause. Alors, sommes-nous en train de prévoir la fin de l’achat immobilier? Tout le monde sera-t-il locataire demain? Sans aller jusqu’à là, comment, concrètement, cette évolution de la consommation impacte-t-elle le secteur immobilier? 

Dans cet article réservé aux membres premium, vous allez découvrir

  • Comment les schémas de projets immobilier ont évolués;
  • D’ou proviennent ces changements et comment se matérialisent-ils dans l’immobilier; 
  • Pourquoi l’immobilier est en train d’être consommé comme un service.

Une évolution qui touche tous les secteurs et qui se déplace vers l’immobilier

Les modèles netflix et spotify ont remis en question la façon de consommer

Parmi les principaux représentants de cette tendance à utiliser plutôt qu’à posséder, on va retrouver Netflix et Spotify. Techniquement, ces problématiques sont présentes depuis que l’on a commencé à dématérialiser certains produits (notamment culturels). Néanmoins, ces deux entreprises sont les principales à avoir démocratisé cette consommation à l’abonnement. Pour vous donner un ordre d’idée, Netflix recensait 118 millions de comptes payants sur sa plateforme. Sachant qu’un compte peut être partagé par plusieurs membres d’une famille, d’une colocation ou d’un groupe d’amis, le nombre d’utilisateurs est donc beaucoup plus élevé. Spotify, quant à lui, indiquait un nombre de 70 millions d’utilisateurs payants. Sachant que le service propose une offre gratuite, encore une fois, le nombre d’utilisateurs total est bien plus élevé. 

Netflix et Spotify ne sont pas arrivés avec leur offre face à un marché hostile. Les deux sociétés ont répondu à une demande de la part du marché. À une époque où les produits culturels avaient tendance à être consommés gratuitement grâce à l’explosion d’Internet et des plateformes comme YouTube, les internautes avaient pris l’habitude d’avoir accès à tout ce qu’ils voulaient très rapidement, quitte à passer dans l’illégalité. Netflix et Spotify ont simplement apporté une solution légale et simple d’utilisation, plus simple en tout cas que les solutions illégales. En répondant à un besoin, ces entreprises ont très vite trouvé leur marché et les clients nécessaires à leur stabilité. 

Ce que l’on doit observer ici, c’est notamment cette évolution des besoins auxquels ont répondu Netflix et Spotify. Les clients ne voient plus l’intérêt de posséder chaque film ou chaque morceau de musique qu’ils consomment. On parle ici de produits digitalisés, mais cela touche aujourd’hui également de plus en plus de produits physiques. On partage des voitures, des vélos ou même de l’électroménager. Ce qui, forcément, nous amène à nous poser la question : qu’en est-il pour l’immobilier? 

Netflix Immobilier Abonnement Illustration

Vous êtes déjà membre Premium ?

à propos

Arnaud Hamzaoui

Article rédigé par Arnaud Hamzaoui

L'un des anciens chez Immobilier 2.0, on l'a formé sur les bancs de l'école! Arnaud est responsable de la section Actualités et veille sectorielle. C'est lui qui déniche les dernières news de l'industrie immobilière et qui les compile. Il s'occupe aussi de la rédaction d'a ... Lire la suite