Temps de lecture : 1 minutes

Comme vous le savez, on finalise notre étude Immopinion. Et on ne pouvait pas résister au fait de vous partager ce chiffre. Un chiffre qui nous a surpris en interne. Cette loi ALUR a d’abord beaucoup été critiqué par la complexité qu’elle amenait à la commercialisation d’un bien immobilier. Quelques années plus tard, la vision des professionnels semble avoir changé. On a donc été interrogé les répondants pour en savoir plus.

« On parle de la loi ALUR ou de la loi Hoguet » a commencé par nous questionner le premier répondant. « Non parce que moi j’adore les lois, je trouve qu’il n’y en a pas assez » ajoute-t-il. Un positionnement intéressant, mais qui ne fait pas l’unanimité. « Franchement, la loi ALUR quand elle est arrivé en 2014, ça ressemblait à un sac de nœud. Mais au final, je l’ai lu en entier et ça va. » Une analyse assez profonde, qui nous permet d’y voir plus clair. Le ressenti général semble assez similaire. Toutefois, certains reproches « une simplicité administrative étonnante » qui a pour risque de fluidifier les transactions.

Heureusement, on compte sur les politiques pour continuer à créer des lois et apprendre de ses échecs précédents, pour proposer des cadres juridiques complexes qui permettent à l’agent immobilier d’avoir toute sa valeur.

Bien sur cet article est un poisson d’avril. Si vous voulez les vrais chiffres d’Immopinion, vous pouvez commander l’étude ici ou vous abonner à notre newsletter.

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium