Un prestigieux hôtel new-yorkais va être partiellement mis en vente via une ICO (Initial Coin Offering), une méthode qui permet de récolter des fonds via la vente de tokens. Ce qui peut être le signe d’une nouvelle façon de récolter des fonds et de réaliser des transactions dans l’immobilier. Aujourd’hui, c’est un bout d’un hôtel qui est vendu via la blockchain; demain, peut-être que ce sera l’appartement d’un de vos clients.

Les tokens correspondent à peu près à des actions, des parts dans une société ou, dans le cas présent, un bien immobilier. Ici, le propriétaire de l’hôtel cède un tiers de son bien en échange de 400 millions de dollars récoltés sous cette forme. La vente a été approuvée par la SEC, la commission chargée de réguler les marchés financiers aux États-Unis, et devrait avoir lieu dans les trois prochaines semaines. Des clauses de confidentialité empêchent les acteurs qui ont révélé la nouvelle de citer précisément le nom de l’hôtel qui sera en partie vendu via cette ICO. En tout cas, on a ici un exemple de ce type de transaction, approuvé par une autorité de régulation financière, via la blockchain. Ce qui ouvre la porte à un nouveau type d’investissement immobilier.

Cette actualité nous amène à nous poser plusieurs questions. Est-ce que les ICO vont concurrencer le crowdfunding immobilier à terme? Est-ce que cela n’est pas justement ce qu’attendait ce marché? Les promoteurs vont-ils désormais récolter du capital sous cette forme? Pourra-t-on investir dans un bien immobilier via la blockchain? Les particuliers, tout un chacun, pourront-ils vendre des parties de leur bien ainsi? La blockchain est-elle l’avenir de la SCI? De la SCPI? La fin de la pierre-papier?

Si vous souhaitez creuser le sujet de la blockchain dans l’immobilier, nous avons plusieurs articles sur le sujet que vous pouvez retrouver.