Il y a deux ans, l’agence hybride anglaise Purplebricks rachetait le réseau Comfree (Purplebricks Canada)/Duproprio pour un montant de 51 millions de dollars. Une manière forte pour la startup de démontrer qu’elle souhaitait s’attaquer au marché québécois. Les ambitions de Purplebricks semblent battre de l’aile.

La société canadienne Desjardin, spécialisée dans le financement hypothécaire et d’assurance habitation lui a racheté les deux enseignes à 60,5 millions de dollars (52,9 millions d’euros). Suite à ce rachat, deux aspects nous intéressent.

Le premier concerne les ambitions de Desjardin et de Duproprio. La visée de cette alliance est de faciliter la transaction : “grâce à notre offre concurrentielle en financement hypothécaire et avec cette nouvelle acquisition, nous continuerons d’appuyer les gens, qu’ils optent pour un courtier ou pour un service sans intermédiaire” justifie Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins. La société québécoise spécialisé dans le financement hypothécaire et l’assurance habitation souhaite donc intervenir comme un support pour simplifier la vente de biens immobiliers.

Le deuxième est l’avenir de l’agence hybride anglaise au Canada. Après avoir perdu sa marque immobilière, la startup Purplebricks va-t-elle tenter un autre tour de passe dans le pays? Investir un autre réseau local spécialisé dans la vente immobilière ?
Rappelons que Purplebricks n’en est pas à son premier échec concernant son implantation internationale. L’année dernière à la même période, la licorne annonçait la fin de son expansion aux États-Unis et en Australie.