Alors que nous sommes en plein milieu de la crise sanitaire, le groupe SeLoger vient d’annoncer un nouveau dispositif de trente millions d’euros pour accompagner les professionnels. A l’occasion de cette annonce nous nous sommes rapprochés de Bertrand Gstalder, président du groupe SeLoger, afin qu’il revienne sur ce plan d’action et plus généralement sur l’impact du Coronavirus sur le marché immobilier.

Un plan de solidarité en deux axes

Tout d’abord revenons sur le fameux dispositif de solidarité de 30 millions d’euros. Celui-ci s’articule autour de deux axes spécifiques : le report des factures et la gratuité de la plateforme pendant tout un mois.

Tout d’abord, en ce qui concerne le report des factures et leur étalement sur plusieurs mois. Le président nous a confirmés que les factures dues en fin du mois de mars seront étalées sur une période 7 mois à partir de juin. « Afin d’être plus concret, on va prendre l’exemple d’un client qui a un abonnement à 210€. Celui-ci ne sera pas facturé au mois de mars. Sa facture sera étalée à partir du mois de juin à raison de 30€ par mois. » Ici SeLoger cherche à rassurer les professionnels qui s’inquiètent de devoir sortir plus d’argent qu’ils ne vont en rentrer pendant cette période.

Ensuite, face à la possibilité de l’extension de la période de confinement, le groupe à décider d’offrir ses services de diffusion d’annonces pour l’ensemble du mois d’avril. Que cela soit pour les anciens ou les nouveaux clients. L’objectif est de permettre aux professionnels de préparer la reprise de leurs activités. « La période de confinement est compliquée, néanmoins elle aura une fin, et à ce moment il faut que les agences soient prêtes. Cette gratuité est notre manière de les accompagner dans la préparation de cette reprise ».

Le dispositif de solidarité est accessible à l’ensemble des utilisateurs de Seloger. Les professionnels qui souhaitent bénéficier de ce dernier doivent simplement s’enregistrer auprès du groupe SeLoger en remplissant un formulaire.

« Les professionnels doivent préparer la reprise.. »

Nous avons profité de cet échange avec le président du portail pour le questionner plus largement sur l’impact de la crise sur le marché et le quotidien des professionnels de l’immobilier.

« Nous enregistrons encore des millions de visites sur nos plateformes. »

La première information qu’il tient à nous souligner c’est le constat, pas si morose, que l’on peut dresser pour l’instant sur cette période de confinement.

« Dans ce type de situation on parle beaucoup de chutes, de récession ou encore d’effondrement du marché. Et même si il est vrai que l’ensemble des sites ont été affectés par la crise, on constate toujours des MILLIONS de visites sur nos plateformes. On ne parle pas de milliers, mais bel et bien de millions. Il y a toujours des demandes de contacts, de rappel..etc. Moins qu’avant certes, mais il y en a toujours et en grand nombre. »

Le professionnel se veut donc rassurant pour les professionnels. Même si l’activité des professionnels va en prendre un coup, il se veut optimiste.

« Prendre le temps et se préparer à l’après »

Lorsque l’on questionne le Bertrand Gstalder sur la façon dont les professionnels peuvent « optimiser » leur temps de confinement, celui-ci conseille à ces derniers de se préparer pour la reprise de l’activité.

La première chose que je dirais à un professionnel de l’immobilier pendant ce confinement c’est de prendre le temps de se poser et de réfléchir à ce qu’il fera différemment après cette période. Qu’est ce que lui apprend cette crise ? Quels sont les nouveaux outils qu’il souhaite mettre en place ? Quels leviers marketing il doit développer ?

Deuxième élément : qu’il en profite pour se former sur les outils et les process commerciaux. Par exemple nous on propose un certains nombre de webinars, pour expliquer comment bien utiliser nos services, là je prend notre exemple mais en réalité l’idée est de mettre à contribution ce temps qu’il est obligé de prendre.

Troisième et dernier conseil que je peux leur donner : gardez le contact avec les porteurs de projets. Il y en a moins et c’est justement le moment de les choyer. Sans penser à signature, choyez les aujourd’hui, ce sont les vendeurs de demain.

La crise va accélérer l’adoption de nouveaux codes dans l’immobilier.

Durant cet entretien avec Mr Gstalder, je l’ai questionné sur les outils que les professionnels devraient avoir à leur disposition pour éviter le pire si jamais une situation telle que celle-ci venait à se répéter.

Pour lui c’est simple, les professionnels doivent prendre à bras le corps la problématique du télétravail et s’organiser pour favoriser le nomadisme. Néanmoins, ce qu’il perçoit c’est que l’après crise va remettre sur le devant de la scène la question de la dématérialisation de l’ensemble de la chaîne de transaction immobilière. « De nouveaux codes vont être adoptés dans l’immobilier, la profession va accélérer sa transition vers le numérique »

Et9feydwoaaoovi