Les ateliers des Proptech Digital Days s’enchaînent les uns après les autres et de notre côté, on poursuit notre veille active. Pas le temps de suivre les conférences des différents intervenants ? Pas de panique, la team Immo2 est là pour vous extraire la « substantifique moelle » de chaque intervention. Cette fois-ci, on s’est attaqué à l’atelier d’Ubiflow… et il y a des choses à dire. Entre les principaux éléments pour valoriser votre référencement sur Google, les axes d’optimisation de votre fiche Google My Business (GMB) et les évolutions à venir en 2021 sur les fiches du moteur de recherche… On vous résume tout ça ici. 

Retrouvez l’intégralité de l’atelier d’Ubiflow sur les Proptech Digital Days directement sur le site de l’événement.

1. Google est local 

Première statistique qui nous a interpellés lors du visionnage de l’atelier : 46 % des recherches sur Google sont locales. C’est-à-dire que près de la moitié des recherches sur le moteur de recherche vont concerner un élément proche du lieu d’habitation de l’internaute. 

Statistique tout aussi importante : sur toutes ces recherches « locales », il y en a tout de même 24 % qui génèrent une vente. Un quart.  

C’était le pari de Google depuis plusieurs années, s’imposer comme l’acteur incontournable du référencement local (après être devenu incontournable sur le référencement tout court), et cela semble être un pari gagné. Notamment par les synergies créées entre des services tels que Google Maps, les fiches Google My Business ou encore le moteur de recherche. 

Mais n’oublions pas que Google cherche surtout à répondre aux besoins et aux modes de consommation des internautes. Ce serait donc l’internaute qui est devenu local. Une bonne nouvelle pour les professionnels de l’immobilier (et les commerçants locaux en général). 

2. Saisissez les bonnes informations et les bons leviers pour optimiser votre fiche

Dit comme ça, ce n’est pas forcément un conseil. Mais lors de l’atelier d’Ubiflow, un des intervenants nous rappelle les trois éléments principaux à travailler sur votre fiche : 

1. Les horaires. Fun fact : 85 % des internautes qui recherchent une entreprise cherchent ses heures d’ouverture. Pour Google, c’est donc un élément très très important. 

2. L’intégration de boutons d’action. Que cela soit pour de la prise de rendez-vous, du contact ou encore découvrir les services de votre agence. 

3. Les avis clients. C’est une des bases de Google My Business, à un tel point que le service est d’ailleurs souvent abordé uniquement par ce prisme. 

La combinaison de ces trois éléments, c’est ce qui va vous permettre d’optimiser le référencement de votre fiche Google My Business. Avec cela, Google va estimer que votre fiche fournit assez d’information à l’internaute… mais il est possible d’aller encore un peu plus loin.

3. Utilisez les « posts » pour enrichir vos fiches… et diffuser vos annonces

C’est une fonctionnalité très peu utilisée, mais effectivement, Google permet de poster des publications sur les fiches Google My Business. 

Ce sont des miniarticles qui vont être mis en avant lorsque votre fiche apparaîtra. L’occasion de distiller un peu plus d’information à l’internaute… et de renforcer votre référencement grâce au contenu. 

Les experts de chez Ubiflow conseillent aux professionnels de rédiger de courts articles concernant l’actualité de leur zone de chalandise, l’actualité du marché immobilier, mais aussi de poster leurs annonces via cet outil de publication (c’est une des fonctionnalités proposées par Ubiflow). Les annonces sont ainsi mises en avant directement dans le moteur et en plus, ça vient améliorer votre référencement. 

4. Les 4 évolutions de GMB en 2021 

Pour conclure cet atelier, les équipes d’Ubiflow nous proposent de jeter un œil vers le futur. Notamment le futur de Google My Business. Cet outil devient primordial dans le marketing des agents immobiliers (suffit de voir le nombre d’ateliers et de conférences qui en ont parlé durant les Proptech Digital Days). Il est donc intéressant de pouvoir se projeter. 

1. Google My Business va devenir de plus en plus riche. 

De nouveaux champs de données vont arriver dans l’outil pour enrichir le nombre d’informations distillées. On peut s’attendre à de nouveaux champs tels que les listes de services (permettant de lister plusieurs services à la fois, intéressant pour présenter toutes les activités d’une agence ou valoriser la mise en place d’un nouveau service) et des horaires additionnels (pour faire la distinction entre les heures d’ouverture et les horaires du standard, par exemple). 

2. Google My Business va être de plus en plus surveillé.

On s’attend à de plus en plus de suspensions de comptes frauduleux et de la modération au niveau des avis et de leur contenu. Ce qui n’est pas pour déplaire. En effet, il suffit actuellement d’un compte Gmail pour déposer un avis sur n’importe quel commerce présent sur Google My Business. 

On voit bien que GMB devient de plus en plus important pour la firme de Mountain View, et c’est donc normal de la voir sécuriser cette partie. Qui est primordiale pour le développement de la plateforme et pour les professionnels qui l’utilisent. 

3.  Google My Business va devenir freemium.

Le modèle d’affaires de Google My Business va évoluer dans l’année qui s’en vient (du moins, sur certains territoires). En particulier avec la mise en place des Local Services Ads et des badges « Google Verified ». Actuellement, ces leviers de visibilité locale ne sont pas disponibles dans l’immobilier. Cependant, tous les signaux montrent que cela va s’ouvrir, au moins en Amérique du Nord pour l’année 2021. 

4. Google My Business va devenir de plus en plus social.

Ah… Google et les réseaux sociaux… On connaît l’échec de Google avec Google+, et il était évident que le géant allait revenir  à la charge. N’oublions pas que le business de Google est de vendre de l’espace publicitaire, avec beaucoup de données pour contextualiser l’espace vendu. Et les réseaux sociaux, question données et comportements qui intéressent les publicitaires… C’est l’Eldorado pour une entreprise de ce type.

On sait que Google va donc de plus en plus prendre en compte les interactions pour le référencement des fiches Google My Business. Le taux de réponse aux questions, le taux de réponse aux commentaires, le nombre de fois que le contenu des posts est mis à jour… On parle même d’une intégration sur Google Maps d’un « fil d’actualités locales », qui reprendra justement ces contenus.

Poursuivre sa lecture sur le sujet

à propos

Vincent Lecamus

Article rédigé par Vincent Lecamus

Passionné par l'innovation, Vincent est en veille constante pour dénicher les technologies et tendances qui vont impacter le secteur immobilier. Quand Vincent n'est pas occupé comme journaliste sur Immobilier 2.0, il développe de nouveaux projets entrepreneuriaux et coach des ... Lire la suite

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium