La blockchain : voici un mot qui vous est certainement familier si vous suivez de près ou de loin l’actualité du marché immobilier et des innovations qui naissent sur celui-ci. Cette technologie est présentée comme une véritable révolution pour notre secteur. Nous-mêmes sur Immobilier 2.0 avons déjà consacré plusieurs articles à ce sujet et on relaie régulièrement les actualités qui concernent cette innovation dans l’immobilier. Mais si on nous parle de cette avancée depuis maintenant plusieurs années, qu’en est-il réellement? Est-elle utilisée? Qu’apporte-t-elle au marché, concrètement? Hé bien, on s’est dit que l’on allait profiter de cet article pour revenir sur la blockchain et sa place dans l’immobilier. Promesses, réalisations, entreprises… on fait le point. 

Dans cet article réservé aux membres premium, vous allez découvrir

  • Les promesses de la blockchain pour l’immobilier;
  • Les réalisations concrètes de cette technologie sur le marché immobilier;
  • Les principales entreprises qui se sont implantées sur ce marché;
  • Les freins qui empêchent les plateformes blockchain de se démocratiser.

la blockchain et l’immobilier : une alliance pleine d’espoirs 

Alors la blockchain, c’est quoi? Hormis un mot que l’on utilise pour générer des clics? Vous le savez peut-être déjà, la blockchain est la technologie sur laquelle se basent toutes les cryptomonnaies telles que le Bitcoin, l’Ether, le Ripple et consorts. Mais ce n’est pas juste ça, il y a bien plus derrière. Pour le dire rapidement, la blockchain est une technologie de transmission d’informations qui se base sur le principe du peer-to-peer. Toutes les informations stockées dans les blocs qui composent la blockchain sont copiées et partagées entre plusieurs ordinateurs ou serveurs. Lorsque l’on va récupérer cette information, on va rassembler les données contenues dans chaque ordinateur et vérifier que tout est conforme. Ce qui rend, théoriquement, impossible la modification de l’information. Puisque si une des parties est modifiée, on va s’en rendre compte instantanément au moment où l’on rassemble et vérifie les données. Et dans ce cas-là, le réassemblage ne peut plus avoir lieu. C’est un peu comme si vous modifiez une pièce d’un puzzle. Au moment de remonter celui-ci, il y a une pièce qui ne correspond à rien. Et dans le cas de la blockchain, c’est encore plus visible, puisque les informations sont copiées et on vérifie chaque copie. 

Les promesses de la blockchain dans l’immobilier

Et là, on commence à arriver à la promesse centrale de cette technologie, la promesse dont découle toutes les autres : l’impossibilité d’altérer à mauvais escient une information. Et il faut comprendre le terme information dans sa définition la plus large possible : il peut s’agir de musique, de documents légaux, de monnaie, de signature électronique… Tout ce qui peut être échangé numériquement, en somme.

C’est à partir de là que l’on commence à dérouler les bénéfices, et promesses, de la blockchain, notamment pour l’immobilier. Concrètement, cette « sécurisation des échanges », qu’apporte-t-elle pour le business? Hé bien, cela tient en quelques points :

La sécurité des informations : la promesse dont découlent les autres

S’il est impossible de falsifier les informations échangées, on se retrouve dans un cadre beaucoup plus sain où la méfiance, de mise habituellement, n’a plus sa place. Qu’il s’agisse d’immobilier ou non, le fait d’être en sécurité permet d’instaurer de la confiance dans les relations. On peut donc échanger des documents confidentiels sans prendre le risque de voir certaines informations subtilisées. Mais surtout, on instaure une relation où, de prime abord, on fait confiance à la personne. Ce qui permet ensuite de fluidifier l’ensemble des process. Et d’ailleurs, fluidifier, c’est l’une des promesses de la blockchain pour l’immobilier… 

Plus de fluidité : des transactions plus rapides et automatisées

Si les données échangées ne peuvent être altérées, cela devrait permettre de fluidifier largement les échanges. Il n’y a plus besoin de vérifier systématiquement que les informations concordent. Lorsqu’un client vous transmet un acte de propriété, celui-ci est forcément vrai. Lorsqu’il vous transmet des informations bancaires, celles-ci sont forcément vraies. Tant qu’elles proviennent bien de la bonne banque de données (celle de l’institution bancaire ou de l’état), les informations vont être totalement sécurisées.

D’ailleurs, avec des services tels que les smart contracts, ce n’est même plus le client qui vous fournit les informations. Elles sont piochées et vérifiées automatiquement dans les bonnes bases de données et vont automatiquement se renseigner au sein du contrat. 

Au final, on obtient une situation où les crédits sont accordés plus rapidement. Où les transactions peuvent se dérouler également plus rapidement, puisqu’elles peuvent être dématérialisées. La promesse est celle d’un marché immobilier où les contrats se remplissent tous seuls, où les démarches entre les assurances, les bailleurs et les propriétaires se remplissent toutes seules, etc. 

Blockchain Immobilier Illustration

De la transparence : dans les échanges et dans l’accession aux documents 

La sécurisation de l’information instaure un cadre qui favorise la transparence. Cette sécurité résout la problématique de la fiabilité et de la vérification desdites informations. Pour donner un exemple concret : une ville qui passe son registre cadastral sur la blockchain va pouvoir vérifier en temps réel que toutes les données sont justes. Et si une modification intervient, elle est automatiquement reportée dans la blockchain. De plus en plus de collectivités se tournent vers cette technologie pour ces registres. Ce qui rend ces informations beaucoup plus accessibles à tous, car elles sont numérisées (parfois, elles ne l’étaient pas jusque-là) et fiables. 

Dans cette disposition, les documents publics dont la consultation est nécessaire à une construction ou à une transaction peuvent être vérifiés beaucoup plus rapidement et mis à disposition de tous plus facilement. La promesse est celle d’un marché immobilier où tous les documents publics (et privés) dont on a besoin sont fiables et accessibles. 

La désintermédiation : un des fers de lance de la « philosophie » décentralisée

Forcément, si les informations n’ont plus à être vérifiées, car elles sont infalsifiables, on peut imaginer que certains intermédiaires devront se réinventer. C’est un enjeu important de la blockchain et de sa philosophie de décentralisation. 

Mais mon but dans cet article n’est pas uniquement de revenir sur les promesses de la blockchain, mais de faire un tour d’horizon des réalisations de cette technologie dans l’immobilier. Si vous souhaitez creuser cette première partie, je vous invite à consulter l’un de nos premiers articles sur la blockchain et l’immobilier.

Blockchain et immobilier : comment le marché a-t-il appréhendé cette technologie pour l’instant? 

Nous arrivons donc au cœur du sujet. La blockchain, c’est sympa sur le papier, mais cela fait depuis quelques années que l’on en parle un peu partout. Qu’est-ce qui a effectivement été réalisé? Qu’a apporté cette technologie aux professionnels de l’immobilier? Comment leur a-t-elle permis d’être plus efficaces, de générer du business? Tient-elle les promesses que l’on a vues plus haut? 

La blockchain dans la transaction immobilière

Vous êtes déjà membre Premium ?

à propos

Arnaud Hamzaoui

Article rédigé par Arnaud Hamzaoui

L'un des anciens chez Immobilier 2.0, on l'a formé sur les bancs de l'école! Arnaud est responsable de la section Actualités et veille sectorielle. C'est lui qui déniche les dernières news de l'industrie immobilière et qui les compile. Il s'occupe aussi de la rédaction d'a ... Lire la suite