drimki immobilier

Thomas Laurentin est issu du Marketing et du commerce. Il a en effet travaillé dans des entreprises comme Philips ou encore Euromaster. En Décembre 2007, il crée donc Drimki avec Jean-Marc Potdevin, un des fondateurs de Kelkoo et du search engine de Yahoo…

Le constat de départ est simple : le secteur de l’immobilier a encore beaucoup points sur lesquels s’améliorer, il est «encore immature » : manque de suivi et de transparence du marché ; ils décident donc de créer un site Internet qui permettra de traiter l’acheteur aussi bien que le propriétaire d’un bien à vendre.

Valoriser, pour les professionnels

Drimki, c’est aujourd’hui 15 employés pour 3000 biens référencés, après seulement 2 ans d’existence. Un avenir bien prometteur surtout quand Thomas nous annonce un objectif raisonnable de 20000 biens référencés après son ouverture au marché national…

Pour la vente, Ils bossent avec des agences immobilières. Thomas reconnait que « les agences ont un véritable savoir-faire local que personne ne pourra leur enlever ». Son but est donc de valoriser le travail des agences en leur proposant des mandats exclusifs (plus de 600 aujourd’hui) et des prospects qualifiés ; le but est de ramener le marché du particulier à particulier à celui des professionnels. Ils ont donc travaillé pour proposer des services à forte valeur ajoutée aux deux.

Un site pour les propriétaires

Ils ont à leur disposition beaucoup d’outils comme le fait de pouvoir estimer son bien en remplissant un questionnaire sur l’état et la situation de celui-ci. Ils ont, en effet, développé un algorithme qui permet de donner une estimation précise du bien selon ces quelques informations. Mais, leur principale différenciation reste le test avant vente. De quoi s’agit-il ?

Tout simplement, si vous envisagez de vendre et vous avez le temps, il s’agit de l’outil parfait pour vous. Vous enregistrez votre bien, remplissez un questionnaire très précis pour donner le maximum d’informations aux potentiels acheteurs et attendez de voir la réponse du marché. Cela vous permet de savoir si les acheteurs sont intéressés et les prix qu’ils seraient prêts à proposer. En effet, tous les mois, les équipes de Drimki vous font un rapport sur les courbes d’évolution de votre bien (visites, prix, etc.). Tout cela est gratuit bien évidement. Ensuite, si vous décidez de vendre, vous avez déjà une estimation de votre bien et le nom de vos acheteurs potentiels, qui sont prévenus en avant première…

test avant vente drimki immobilier

Car Drimki s’occupe aussi de la vente de vos biens… selon deux formules : la première ou vous vous occupez de tout : estimation du bien, visites, négociation etc. Et une autre où ils s’occupent de tout : estimation sur place, fourniture des panneaux, pub Internet et vitrines, etc…

Un service innovant orienté utilisateur

C’est l’une des plus belles plateformes de recherche que j’ai trouvé sur le net, digne de nos concurrents d’outre Atlantique. Recherche simple comme sur tous les sites mais aussi une recherche sur carte géolocalisée, quoi de plus normal ?

drimki immobilier

Leur but est de « donner le maximum d’information au client » nous a dit Thomas. Et c’est le cas. Regardez leur annonce.

L’entreprise et sa vision de l’avenir

Donc, si l’on résume on peut vendre et acheter son bien immobilier simplement en remplissant quelques informations sur Internet et Drimki s’occupe de tout. Mais comment font-ils ? Tout d’abord, en interne, ils ont des équipes techniques de talent qui travaillent sur des « algorithmes à la pointe », notamment pour leur estimation de bien. Ils investissent énormément dans le « web 2.0 » et dans les nouvelles technologies.

En effet, Thomas a sa vision de l’immobilier dans quelques années : « le plus important est de fournir le maximum d’information aux acheteurs ; la technologie n’est qu’un moyen, elle doit être d’une simplicité et d’une ergonomie sans précédent, le but est qu’elle soit accessible à tous. La technologie est au service de l’information, du client, pas le contraire ». Il pense que cela va prendre beaucoup de temps de faire changer ce secteur. Drimki est donc un projet à long terme.

Ils sont, actuellement, concentrés sur la région parisienne, mais comptent, d’ici la fin de l’année, ouvrir leur réseau à toute la France. Avis aux intéressés…

Peut être y en a-t-il, parmi vous, qui travaillent déjà avec eux, je pense que tout le monde serait intéressés par vos retours d’expérience. Pour les autres, seriez vous intéressés par une collaboration? N’hésitez pas a développer, à faire partager à tout le monde votre vision des choses, ce que vous pensez de leur démarche, etc.

J’attends vos réactions.

{include_content_item 1979}

à propos

Vincent Lecamus

Article rédigé par Vincent Lecamus

Passionné par l'innovation, Vincent est en veille constante pour dénicher les technologies et tendances qui vont impacter le secteur immobilier. Quand Vincent n'est pas occupé comme journaliste sur Immobilier 2.0, il développe de nouveaux projets entrepreneuriaux et coach des ... Lire la suite

Débats et commentaires de la communauté

Participez au débat et faites entendre votre voix en laissant un commentaire

  1. Avatar
    Tweets that mention Drimki, l'innovation qui valorise les agences immobilières... | Immobilier 2.0 -- Topsy.com says:

    […] This post was mentioned on Twitter by Jean-Marc Potdevin, JB Bertin Investimmo. JB Bertin Investimmo said: Reading: "Drimki, l’innovation qui valorise les agences immobilières…"( http://twitthis.com/pmnpdf ) […]

  2. Avatar
    Arnaud Lemaitre says:

    Toutes les initiatives sont a saluer pour renouveler les pratiques de ce marche immobilier completement opaque et desorganise…

    Mais il faut etre honnete en disant que nous n’avons pas encore trouver le « nouveau » modele qui succedera aux anciens de l’immobilier 1.0 (c’est a dire les pap, seloger et leurs innombrables copies) qui, eux meme, ont reproduit le modele des journeaux papier.

    Le papier est en pleine perte de vitesse (cf. clash recent entre Google et la presse en France) d’autant plus qu’il va etre de plus en plus evident que produire du papier est une depense energetique completement demente.

    Cependant pour l’heure, les versions internet de nos journeaux papiers restent encore les outils les + utilises pour chercher ou vendre un bien.
    Pour ma part, je pense que ces sites vont disparaitres lorsque la publication internet sera a la fois gratuite et efficiente. Elle est pour l’instant gratuite (pour s’en convaincre, il suffit de compter le nombre de sites de PA gratuits). A noter le succes indeniable du « boncoin » (mais qui n’est pas specialise dans l’immobilier)…

    La gratuite souffre a l’heure actuelle d’une moindre qualite de l’information voire d’une qualite copletement absente. En effet, les acteurs du gratuit veulent juste faire du clic car ils sont remuneres ainsi. Des lors qu’ils auront trouve un autre mode de remuneration, alors les sites immobilier 1.0 declineront.
    Pour l’instant ces chers sites immobilier 1.0 ont enormement a batailler avec la horde de « barbares » que sont les « gratuits » et la crise que nous entamons ne les aident pas non plus.
    Enfin pour terminer, dans un marche il n’y a pas la place pour des milliers d’acteurs mais pour 2 au maximum…
    d’ou les (tres grandes) difficultes pour ceux qui souhaitent renouveler ce marche.

    Affaire a suivre!
    Arnaud Lemaitre
    Paradissimmo

  3. Avatar
    RP says:

    Hummm

    Malgré la quantité d’informations proposées par les annonces Drimki, les champs sont-ils souvent remplis ?

    Les agences veulent-elles jouer le jeux de l’exhaustivité, ou se contentent-elle de transmettre les informations que les passerelles récupèrent dans leur logiciel de gestion de mandats ?

    Si l’on prend en compte le temps qu’un utilisateur passe sur une annonce, et le temps qu’il faut pour consulter une annonce Drimki, combien d’annonces un utilisateur consulte-t-il lors de son passage sur Drimki ? On répondra, oui, moins d’annonces sont consultées, mais elles déclenchent plus facilement des ventes, puisqu’elles informent mieux. Or, elles n’informent pas toujours mieux, vu la remarque précédente.

    C’est un concept intéressant, qui a sans doute profiter de la crise. Les agences auront-elles besoin d’un service comme Drimki lorsque le marché repartira ? Ou investiront-elles dans leurs propres outils Web ? Pas sur… Car vendre avec Drimki, c’est vendre à 3,9%, et se partager la commission à 3. Les agences n’ayant plus besoin de faire du volume, lorsque le marché repartira, quelle sera la valeur ajoutée de Drimki ?

    Le test avant vente reste en effet une bonne innovation. Mais les offres sont faites sans visiter le bien, elles sont faites hors mandat, et renouvelées (ou pas) après signature du mandat, au même montant (ou pas)… N’y a-t-il pas un risque de faire de fausses promesses aux acquéreurs ? Le concept est limite juridiquement. Souhaitons à Drimki que le concept survive, car c’est un excellent outil marketing ceci dit.

    A bientôt.

  4. Avatar
    Remax Belle Epoque says:

    Autant l’outil me semble interessant pour les services à apporter tant aux acheteurs qu’aux vendeurs, autant la tendance vers une plus grande transparence des informations me semble la voie à suivre, toutefois la valorisation du métier des agents immobliers par le concept Drimki qui propose une rémunération de 3,90%TTc à partager par trois prestataires reste à démontrer!!!!

  5. Avatar
    ylmanta says:

    Drimki a changé de business model et ne passe plus par les agents immobiliers mais par des négociateurs indépendants qui porte sa marque….tentative de ressort ou volonté réel ?

  6. Avatar
    legeay says:

    Bonjour, regardez juste ou en sont les sirtes trullia et zillow aux usa et vous comprendrez que le réseau Drimki via les Reflexagents aura une position leader sur le marché français dans quelques temps.

  7. Avatar
    Alessio says:

    Pour avoir testé drimki , je peux vous dire que ça marche . Incroyable !!! Estimation dans les prix et mise en relation avec un professionnel de l’immobilier le jour même . Résultat , maison vendu en 10 jours et sans m’en occuper ! Bravo