En amont du Property Portal Watch, qui se déroulera du 13 au 15 novembre 2019 à Madrid, nous sommes allés à la rencontre du fondateur de l’événement : Simon Baker. Ancien PDG de REA et serial investisseurs dans de nombreuses entreprises du secteur immobilier nous l’avons interviewé afin qu’il nous révèle sa vision du marché ainsi que les surprises qui nous attendent à Madrid.

Alors Simon, pouvez-vous nous en dire plus sur vous? Une petite présentation de votre personne…  D’où vous venez, qu’avez-vous fait, votre chemin dans l’immobilier… 

Simonbaker 1

Je suis l’ancien PDG et directeur général du groupe REA, coté à l’ASX (2001-2008).  Pendant mon séjour là-bas, nous avons fait passer le chiffre d’affaires de 4 millions de dollars à 155 millions de dollars, transformé une perte de 6 millions de dollars en un bénéfice BAIIA de 35 millions de dollars et augmenté la capitalisation boursière de 8 millions de dollars à un milliard de dollars. (Tous les AUD)

Après mon passage au sein du groupe REA, je suis devenu un investisseur providentiel dans le domaine des petites annonces en ligne, en particulier dans l’immobilier, je suis également devenu président du groupe iProperty (ASX:IPP) et président du groupe Mitula (ASX:MUA), et je suis conseiller de sociétés telles que Grupo Zap (Brésil), Cian (Russie), et Homsters (Ukraine).

Aujourd’hui, je vis à Monaco, je suis mariée et j’ai 3 enfants.

La disruption des portails et du marché immobilier

Le sujet principal de cette édition madrilène de Property Portal Watch sera la disruption.

Comment pouvez-vous décrire la « disruption » dans le monde du portail immobilier? Avez-vous déjà vu des portails disruptés? Pouvez-vous donner quelques exemples de disruption récents? 

Le thème de la conférence est disrupter ou être disrupté. Nous avons choisi ce thème, parce qu’il s’agit d’une énorme quantité de changements qui se produit dans l’industrie des marchés de l’immobilier.  

Parmi les changements, mentionnons les suivants :

  • Les portails changent leur business model en passant du marketing de biens immobiliers à la vente de biens immobiliers. Nous le constatons dans de nombreux marchés, mais surtout dans les marchés émergents comme l’Asie et le LATAM. Des exemples sont Shwe Property au Myanmar, Dot Property en Thaïlande et Lamudi en Indonésie.
  • Sur certains marchés, les portails achètent des biens immobiliers – c’est ce qu’on appelle le modèle iBuyer. L’exemple le plus célèbre est celui de Zillow aux États-Unis, qui achète des centaines de propriétés chaque mois et les retourne ensuite pour en tirer un profit. D’autres exemples de portails entrant sur ce marché sont Grupo ZAP au Brésil et Opendoor aux États-Unis.
  • Sur les marchés établis, comme l’Europe de l’Ouest, les entreprises investissent dans la rationalisation du processus de vente immobilière. Elles développent des logiciels pour mettre en relation tous les acteurs du processus de transaction immobilière et réduire le rôle des agents immobiliers dans les ventes en face à face. OneDome au Royaume-Uni et NurtureCloud en Australie en sont des exemples.
  • Un logiciel de gestion des prospects est en cours de développement, qui interagira avec les acheteurs et les vendeurs, gérera les prospects jusqu’à ce qu’ils deviennent « chauds » et les transmettra ensuite à un agent immobilier. L’un des éléments clés à cet égard est les chatbots. Les robots sont de plus en plus sophistiqués et gèrent une grande partie de l’interaction entre les portails et les clients. Un exemple de ceci est Homsters (Global), qui travaille explicitement avec les développeurs de propriétés neuves.
  • Des agences immobilières à honoraires fixes font également leur apparition (par exemple, Purplebricks) et perturbent les agences immobilières. Elles utilisent la technologie pour réduire le coût de la prestation de leurs services – c’est semblable aux compagnies aériennes à bas prix où vous payez pour ce que vous utilisez.
  • La dernière disruption que nous constatons, c’est une meilleure utilisation des données. Des entreprises comme Facebook utilisent de grandes données pour mieux comprendre l’acheteur ou le locataire d’une maison afin que la publicité puisse cibler spécifiquement ces derniers avec des taux de conversion beaucoup plus élevés.

Property Portal Watch est, à chaque fois, l’occasion de voir de nouvelles technologies et des innovations!

Pour vous, quelle technologie – ou innovation d’un autre type – sera la prochaine « grande chose » dans le monde du portail? 

Je pense que c’est dans ce secteur que le marché de la location est le plus perturbé. De nombreux nouveaux acteurs émergent, qui automatisent le processus de recherche, de sélection et de gestion continue des logements locatifs. Cela signifie que la façon traditionnelle de gérer les loyers est en train de changer; les gestionnaires immobiliers traditionnels ont besoin d’évoluer ou vont « mourir ».

Interview Simon Baker Disruption Immobilier Property Portal Watch Madrid

Qui sont les concurrents des portails immobiliers aujourd’hui?

Pour vous, qui sont les plus grands concurrents des portails aujourd’hui? Les iBuyers? Facebook ou autre GAFA?

La plus grande menace pour les portails est Facebook. Il a accès à un énorme volume de données, ce qui lui permet d’améliorer le ciblage global des annonces de logements à acheter et à louer. En fin de compte, la vente ou la location d’un bien immobilier est une question de données – l’évaluation des maisons, l’évaluation des acheteurs (peuvent-ils se le permettre?) et le ciblage des messages pour obtenir une meilleure conversion en prospects.

« La plus grande menace pour les portails est Facebook » – Simon Baker

Je reviens à ma question précédente : que pensez-vous de Facebook Marketplace? Nous savons que de grandes entreprises ont signé un accord avec le réseau social… Comment voyez-vous ce nouveau venu? 

La Marketplace de Facebook n’en est qu’au tout début de ce qu’elle pourrait être en tant que plateforme pour l’achat et la location de biens immobiliers.  Elle a adopté une approche où elle privilégie la collaboration avec les portails locaux, mais c’est l’approche du cheval de Troie pour arriver à l’annonceur final – l’agent immobilier et, éventuellement, le vendeur ou le propriétaire de la maison. Ce n’est qu’une question de temps.

Interview Simon Baker Property Portal Watch Facebook Marketplace Immobilier Illustration

L’ubérisation des portails et des agents immobiliers arrivera-t-elle un jour?

Dans les thèmes clés de la Property Portal Watch, il y a « l’ubérisation de l’immobilier ». Pouvez-vous décrire cette tendance et me donner un exemple concret? S’agit-il simplement d’une question de rapidité? D’expérience client? 

L’ubérisation de l’agent immobilier, c’est une situation où la technologie remplace beaucoup des activités actuelles des agents. Afin que ces derniers se concentrent sur le closing de la transaction – côté vendeur comme acheteur.

Avec cette « ubérisation », nous assistons à l’émergence d’agents pilotés par des applications et desservant plusieurs marques en même temps. Il en va de même pour les chauffeurs Uber, qui travaillent également pour Cabify ou Lyft. Loop Imóveis au Brésil en est un exemple.

Comment les portails auront un impact, ou seront impactés par cette « ubérisation »? En feront-ils partie ou en souffriront-ils? 

Les portails ne seront pas affectés négativement par l’ubérisation des agents, mais ils sont bien placés pour conduire cette ubérisation. Ils ont accès à la technologie et à la capacité de la développer, mais ce sont probablement les fournisseurs de CRM (logiciels) qui seront à l’origine de cette ubérisation.

« L’agent immobilier pourra bénéficier de l’ubérisation s’il adopte la technologie. » Simon Baker

Et l’agent immobilier? Dans votre vision de l’ubérisation de l’immobilier, sera-t-il touché et comment? Même chose : en fera-t-il partie ou en sera-t-il victime? 

L’agent immobilier pourra en bénéficier s’il adopte la technologie. La technologie gérera automatiquement l’acheteur et le vendeur, et l’agent immobilier se concentrera sur le travail en face à face – où le vrai moment de vérité se produit dans les ventes.

Simon Baker Interview Property Portal Watch Uber Immobilier

L’avenir des portails immobiliers

Axel Springer a récemment fait couler beaucoup d’encre, notamment avec ses rachats.

Le groupe possède des portails, des outils d’évaluation, des actions dans Purplebricks, qui est une agence hybride… Nous pouvons dire qu’il possède presque toute la chaîne de valeur. Qu’en pensez-vous de ce type de conglomérat? Devrions-nous le craindre?

Axel Springer a fait un excellent travail de transition en passant de l’impression traditionnelle à une entreprise de petites annonces en ligne, notamment dans l’immobilier. Il possède un certain nombre d’entreprises différentes, qui opèrent à différents stades de la chaîne de valeur. Cependant, je ne pense pas qu’il puisse « tout assembler » pour créer une super entreprise. Il partagera ses apprentissages entre les entreprises et chacune évoluera.

« Axel Springer a fait un excellent travail de transition… Cependant, je ne pense pas qu’il puisse « tout assembler » pour créer une super entreprise. » – Simon Baker

Comment voyez-vous l’avenir des portails? Comment vont-ils évoluer dans 2, 5 et 10 ans?

Au fil du temps, les portails devront continuer d’évoluer pour demeurer pertinents. Ils devront :

  • Mieux comprendre leurs données pour donner à l’acheteur ou au locataire une meilleure expérience.
  • Élargir la gamme de services qu’ils offrent à leurs annonceurs afin qu’ils demeurent une source clé de génération de leads.
  • Examiner des méthodes pour améliorer la qualité des prospects qu’ils transmettent – une évolution qui pourrait concerner la gestion des prospects sur le portail directement.
  • Il va y avoir des consolidations dans l’industrie et les plateformes vont encore devenir plus grandes… C’est juste une question de temps.
  • Les sites s’intégreront également davantage dans les CRM afin d’être mieux intégrés dans les activités des agents.
  • Les portails se briseront – soit en se concentrant sur la vente ou la location (par exemple).

Les investissements de Compass visent à désintermédier les portails et les agences immobilières. Peut-il réussir? Quels sont les défis?

Le principal défi qu’il aura à relever portera sur les données. Les données sont essentielles pour l’avenir de l’immobilier. La capture et l’utilisation des données afin qu’il devienne super efficace dans ses opérations et ne perde pas de temps sur les acheteurs, vendeurs et agents de faible valeur. 

Auriez-vous 3 raisons de venir à Madrid cette année?  

  • Excellent contenu avec plus de 35 sessions mettant en vedette des PDG d’entreprises qui perturbent l’industrie.
  • 450 dirigeants C-level de 300 entreprises et 40 pays différents.
  • Excellentes occasions de réseautage avec 2 événements exceptionnels dans les meilleurs spots de Madrid.
Propertyportalwatch Evenement Interview Simon Baker Illustration Event

à propos

Arnaud Hamzaoui

Article rédigé par Arnaud Hamzaoui

L'un des anciens chez Immobilier 2.0, on l'a formé sur les bancs de l'école! Arnaud est responsable de la section Actualités et veille sectorielle. C'est lui qui déniche les dernières news de l'industrie immobilière et qui les compile. Il s'occupe aussi de la rédaction d'a ... Lire la suite

Débats et commentaires de la communauté

Participez au débat et faites entendre votre voix en laissant un commentaire

  1. Helene Ferrari
    Helene Ferrari says:

    Merci Arnaud pour cette belle interview. Simon Baker ira à Madrid juste après le RENT… Peut être une occasion de l’inviter au Salon pour une rencontre terrain avec des acteurs du renouveau de l’écosystème immobilier en France ? Je serai heureuse de le rencontrer !

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium