Lorsqu’on parle d’habitat dans l’immobilier, on a encore trop tendance à restreindre cette notion à la vie dans un espace clos. À savoir dans un bien immobilier. Cependant, la notion d’habitat inclut forcément la façon de vivre dans une ville ou dans une commune. Dans une conférence des Proptech Digital Days animée par Sylvain Levy-Valensi (Radio-immo), on s’est justement intéressé à la vie urbaine. Comment envisager la ville de demain et comment intégrer le secteur entier de l’immobilier dans ce projet ? Réponses et réflexions dans cet article !

Pour cette conférence sur la ville de demain, Sylvain Levy-Valensi s’est entouré de 3 intervenants :

  • Philippe Simay : spécialiste de la philosophie urbaine, auteur et animateur de la série documentaire Habiter le monde
  • Cécile Bellanger : architecte et cheffe de projet associée chez La Belle Friche. Emmanuel François : Président de la Smart Buildings Alliance (SBA)
  • Anne-Solange Muis: Docteure en géographie & urbaniste. Fondatrice Éditions Terre Urbaine

Les réflexions de ces 4 professionnels émanent de plusieurs points, dont un culminant : le défi climatique et l’impact de la pollution de la ville. 

1 – Des espaces de vie mieux desservis

Pour Philippe Simay, “ l’innovation ne doit pas se limiter à l’innovation technologique.” 

En effet, une ville innovante c’est une ville qui facilite la vie de ses habitants en proposant plus de commodités, plus de confort et une vraie logique de transport. Les intervenants soulignent d’ailleurs la montée en compétences des particuliers à ce sujet. Les populations urbaines invoquent leur droit à – mieux – habiter la ville.

Se pose alors la question du rôle des acteurs de la promotion et de la construction immobilière. Les professionnels de l’immobilier ne doivent pas se borner à concevoir et à commercialiser des immeubles. Ces derniers doivent faire un audit auprès de prospects locaux, voire même, auprès des mairies et des collectivités territoriales.

L’immobilier est avant tout un projet de vie. En tant que professionnel dédié, notamment en tant que promoteur immobilier, cherchez à en savoir plus sur ce projet. Comment vos prospects envisagent-t-ils leur vie dans leur bien et hors de leur bien ?

2 – Vers une meilleure maîtrise de la donnée

La maîtrise et l’exploitation de la data ne doivent pas seulement être à disposition des professionnels de l’immobilier. En ce sens que les données immobilières doivent être d’utilité publique. 

Pour Cécile Bellanger, ce partage de la data répond autant aux besoins de la population qu’aux promoteurs immobiliers. 

L’accès à la data permettrait d’élaborer des projets immobiliers plus souples, plus citoyens et plus intelligents. Par exemple, d’identifier des espaces publics (voire privés) non exploités qui pourront être adaptés en biens résidentiels ou professionnels. On peut même concevoir des biens hybrides à multi-usages. Nous reviendrons plus amplement sur ce concept en fin d’article. 

3 – Comment les professionnels de l’immobilier peuvent-ils participer à cette ville de demain ?

Selon Anne-Solange Muis, les professionnels de l’immobilier doivent adopter une vision et une méthode de travail transversales. Soit confronter et échanger leurs compétences et leurs points de vue. Ces compétences ne se limitent d’ailleurs pas à l’immobilier. 

Dans cette idée de compétences transversales et de collaboration, on pense forcément au BIM. “Le BIM est une façon de réunir ces disciplines mais apparaît dans l’absolu comme une réponse trop technique” nuance Philippe Simay. Que peuvent faire les professionnels de l’immobilier ? Allez chercher des compétences qui ne se limitent pas à l’immobilier. 

Les 4 professionnels citent en exemple certains promoteurs immobiliers qui ont saisi ces enjeux. Des immeubles ont par exemple été construits avec la terre du chantier. 

La ville représentant 70% des émissions à effet de serre, l’ensemble des professions immobilières doit se tourner vers solutions/innovations plus respectueuses de l’environnement.

4 – Vers des bâtiments multi-usages

C’est le point qui conclut cette conférence. Pour concevoir une ville de demain plus intelligente et plus adaptée aux besoins de la population, les professionnels de l’immobilier doivent reconsidérer la fonction d’un bâtiment. 

“ll faut arrêter d’avoir des bâtiments rigides et mono-usage. Il faut des bâtiments à multi-usage” recommande Emmanuel François. Soit des immeubles dans lesquels les professionnels de l’immobilier pourraient proposer des espaces de vie et de travail collaboratifs. Des espaces où les particuliers pourraient vivre, travailler, s’instruire ou se soigner.

Vous devez donc réfléchir à des projets immobiliers non pas en tant que propriété, mais en tant qu’espace de centralisation des services.

Notre article en marge de la conférence Urbanités, dessine-moi la ville de demain s’arrête ici. Au-delà de fixer les grandes lignes qui feront l’immobilier et la ville de demain, cette intervention est l’occasion pour vous d’initier des projets plus en phase avec les aspirations sociétales et environnementales de vos prospects. En somme, de tisser une nouvelle proximité avec eux et de valoriser une nouvelle expertise immobilière.

Cet article concerne Radio-immo (Médias immobiliers).

à propos

Marline Blain

Article rédigé par Marline Blain

Forte d'un background journalistique implacable, d'une capacité rare à retranscrire l'information et passionnée de littérature : faîtes confiance à la plume de Marline pour vous guider, vous rassurer et faire de vous l'un des vecteurs de l'immobilier de demain. ... Lire la suite

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium