Quand on a appris la nouvelle, on n’y croyait pas. Katerra, la startup qui promettait de révolutionner la construction immobilière il y a 2 ans, s’est effondrée. Cette déconvenue ne concerne pas uniquement l’entreprise. Elle implique simultanément son investisseur SoftBank. Après la chute de WeWork, le groupe nippon enregistre un nouvel échec dans le monde de la Proptech. Rappelons que Katerra avait au final levé un total de 2 milliards, avec notamment une levée de fonds de 865 millions de dollars (levée de fonds portée majoritairement par Softbank).

Retour sur le parcours de Katerra

Le business model de la startup immobilière semblait pourtant solide. En 2015, le marché de la construction immobilière aux États-Unis estimé était colossal -12 000 milliards de $ –  mais accusait le coup d’un très faible rendement. Pour répondre à cette demande, Katerra proposait de gérer l’ensemble d’un projet immobilier : de l’architecture jusqu’à la construction, en passant par le design d’intérieur. Elle avait développé une plateforme qui rassemblait tous les maillons de la construction immobilière : architectes, ébénistes et plombiers. Le tout, dopé à la technologie via une maquette numérique BIM.

En somme un système à la Amazon ou la société gère l’entièreté du projet de A à Z et réalise ainsi des économies sur la logistique et sur les stocks produits. Elle se trouve ici la promesse qui a fait rêver les investisseurs.

Si on s’appuie sur l’analyse de Tech Crunch, la plateforme a eu du mal à se positionner malgré ses levées de fonds faramineuses. SoftBank, son principal investisseur, a injecté près de 2 milliards de dollars de fonds depuis son lancement.

Quelles conséquences pour Katerra et SoftBank ?

Au-delà d’un concept, c’est toute une chaîne qui s’effondre. La startup immobilière va cesser ses activités et entraîner, avec elle, 8000 employés dans le monde. Mais comme nous vous le disions,cet échec est également celui de SoftBank. Après l’entrée en bourse ratée de WeWork, le conglomérat japonais essuie un deuxième revers de fortune. Décembre 2020, l’investisseur nippon avait tenté de sauver la startup en divisant sa valorisation par dix Actuellement, une enquête est ouverte sur des falsifications financières.

Celui-ci peut néanmoins relativiser cette faillite avec la revalorisation de QuintoAndar : la startup immobilière brésilienne spécialisée dans la gestion locative. La marketplace de l’immobilier vient en effet de réaliser une levée de fonds de 300 millions de dollars. Notamment auprès de SoftBank.

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium