En 2020, nous vous avions présenté Casavo comme l’iBuyer qui souhaitait réaliser un braquage à l’italienne sur le marché italien. Dans la lignée des américains Opendoor et Zillow, cette startup (italienne) promettait à des propriétaires de leur racheter leur bien en 30 jours. Lancée en 2017, le business model de cette startup semble avoir séduit les vendeurs en Italie et en Espagne (Madrid). On vient d’apprendre que Casavo venait de lever 50 millions d’euros auprès d’investisseurs tels que Exor Seeds, propriétaire de Ferrari et du Juventus FC ou Bonsai Partners, fonds espagnol de capital risque.

Un chiffre d’affaires explosif malgré la crise

La pandémie n’a pas eu raison du chiffre d’affaires de l’iBuyer italien. Casavo a en effet enregistré un CA de 80 millions d’euros, soit une hausse de 120%. Qu’est-ce qui explique un tel succès ? Le fait d’avoir complètement digitalisé les process d’une transaction : de l’estimation à l’achat du bien. Pour rappel, Casavo fixe un premier prix grâce à un algorithme qui va analyser toutes les données immobilières. Un agent immobilier partenaire va ensuite finaliser l’estimation.

Les performances de la startup semblent avoir séduit un autre gros poisson : Goldman Sachs. La banque s’est engagée à financer jusqu’à 150 millions d’euros pour accélérer la croissance de l’iBuyer. 

Quel avenir pour Casavo ?

Un bel avenir si on s’appuie sur tous ses soutiens financiers et leurs promesses. La plateforme qui compte à ce jour 200 collaborateurs souhaite agrandir ses équipes à 300 personnes. La proptech italienne a également confié vouloir encore plus “simplifier l’expérience client”. Déjà installé à Rome, Milan, Turin, Florence, Bologne, Vérone et Madrid; l’iBuyer n’ambitionne pas encore d’attaquer le marché français. “Notre priorité est de nous développer en Espagne puis, à long terme, nous avons pour but de couvrir les marchés clés d’Europe », a déclaré le CEO de Casavo. Comptez sur nous pour suivre de près son évolution !