Nouvelle déconvenue pour l’acteur du coworking. Après avoir connu une série de fermeture d’espaces, des pertes d’argent colossales et des départs au sein de la direction, WeWork se sépare de sa marque WeLive. Cette offre de coliving avait été lancée il y a 4 ans et proposait une offre de colocation all-inclusive. On revient sur le parcours de WeWork dans le coliving et sur son avenir.

Que proposait WeWork avec WeLive ?

Comme nous l’avons expliqué, l’acteur du coworking souhaitait mettre à disposition de la génération Y une offre de colocation all-inclusive. En plus d’avoir un logement, les occupants pouvaient bénéficier d’un large panel de services : connexion internet, prestation de ménages, accès à des espaces commun dédiés aux loisirs ou encore consommation illimitée de boissons (cafés, bières…). Pour ainsi dire, via sa prestation de coliving, WeWork a démocratisé le concept d’immobilier serviciel. On ne possède plus de bien, on paye et on consomme des services dans un logement qu’on occupe.

Quel avenir pour WeWork ?

Selon nos sources, la marque qui s’était présentée comme une entreprise tech va se concentrer sur son offre de coworking. WeWork a en effet cédé la gestion de ses 2 sites. L’un est situé dans le quartier de Crystal City en Virginie du Nord et l’autre sur Wall Street, à Manhattan. Le premier va être repris par une autre startup spécialisée dans le coliving, Common. Le deuxième centre (Manhattan) sera géré par le propriétaire de l’immeuble. WeWork continuera toutefois d’y exploiter son activité de coworking. 

Difficile de se prononcer quant à l’avenir du géant de la location de bureaux. Le problème de Wework n’est pas tant son offre de coworking ou de coliving puisque ces 2 concepts se sont largement vulgarisés dans le monde. C’est son positionnement initial en tant qu’entreprise tech qui semble lui coûter cher. La Proptech va-t-elle le maintenir ou se présenter à l’avenir comme une entreprise immobilière ?

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium