À l’issue du Rent 2019, nous avions eu l’occasion d’aborder le concept du coliving et de citer l’un de ses acteurs en France : Sharies. Il semble qu’entre-temps, la startup a su imposer et renforcer son modèle. En effet, la jeune pousse vient de lever 15 millions d’euros pour accroître son développement. On revient sur son parcours et sur ses ambitions.

Faire de la colocation un espace de services

C’est la première proposition du coliving : proposer une colocation agrémentée de services. On ne loue plus seulement une chambre avec des espaces communs mais un large panel de prestations : coworking, ménage, conciergerie, salles de sport et de cinéma…. La startup Sharies a ainsi lancé ce modèle en 2017 avec une mission : “réinventer l’expérience du logement urbain en proposant un tout nouveau style de résidence, centré sur la vie de quartier, et qui fait la part belle aux services et aux rencontres.”

Après avoir éprouvé son modèle dans plusieurs villes comme Marseille, Nancy, Paris, Nanterre et Bruxelles, Sharies envisage justement d’attaquer d’autres marchés.  

Recruter de nouveaux talents et perfectionner ses outils technologiques

Avec ces 15 millions d’euros, la startup Sharies souhaite booster sa croissance. À commencer par agrandir ses équipes. Actuellement constituée de 20 collaborateurs, l’acteur du coliving ambitionne de doubler ses effectifs d’ici fin 2022 et de renforcer l’activité de ses pôles architecture, immobilier et opérations. Ceci pour accompagner l’accroissement de son nombre de logements et son installation dans plusieurs villes à travers la France et la Belgique. À ce sujet, on sait que la proptech veut passer de 100 chambres à 1 150 d’ici 2023.

De plus, les équipes de Sharies ont confié vouloir développé des outils sur-mesure pour optimiser l’expérience client optimale, piloter la gestion de ses opérations et automatiser ses process.

Vers un déploiement du coliving en France ?

Le modèle du coliving n’est pas nouveau. Toutefois, ce concept n’en est encore qu’à ses débuts en France. On peut donc se demander si la croissance de Sharies va servir de leviers à d’autres acteurs concurrents comme ColivMe, La Casa ou encore Colonies. Au-delà d’imposer un nouveau business, ce déploiement amorcerait un virage que nous avons évoqué à plusieurs reprises concernant la façon d’habiter un logement. On passerait concrètement dans l’ère de l’immobilier serviciel et verrait disparaître l’idée de posséder un bien.  

Poursuivre ma lecture au sujet du coliving et du coworking 

Pour approfondir la notion d’immobilier serviciel au travers du coliving et du coworking, je vous invite à consulter ces articles.

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium