Selon la SEC (Securities and Exchange Commission), le iBuyer américain aurait perdu 50% de ses recettes en 2020. La startup aurait perçu 2,58 milliards de dollars l’année dernière, contre 4,7 milliards en 2019. Cette inspection est motivée par l’entrée en bourse de ce représentant de la Proptech outre-Atlantique, une introduction sur les marchés préparée en décembre 2020.  

Le rapport de la SEC fait ici écho avec l’activité des iBuyers durant l’année 2020. Durant la crise sanitaire, une bonne majorité d’iBuyers ont fait le choix d’interrompre leur activité d’achat  de biens immobiliers, selon Mike Delprete. Et Opendoor ne faisait pas exception. Ce qui explique sans doute cette perte. La néo-agence américaine prévoit également de déclarer une autre perte ajustée comprise entre 98 et 103 millions de dollars. Néanmoins, la situation de la startup n’est pas si mauvaise qu’il n’y paraît lorsqu’on connaît ses ambitions. Opendoor cherche à lever davantage de capitaux par le biais d’une nouvelle offre publique de 24 millions d’actions ordinaires. Cette opération lui permettrait d’attaquer de nouveaux marchés et couvrirait les besoins internes de la société. 

Rappelons aussi que son modèle s’est imposé comme une réponse adaptée à la crise sanitaire. Sa dématérialisation de la transaction lui a justement permis de poursuivre ses activités en période de distanciation physique et de mettre en place des process de génération de leads digitalisés. D’ici-là, on attend qu’Opendoor publie ses résultats définitifs sur l’ensemble de l’année 2020.

à propos

Vincent Lecamus

Article rédigé par Vincent Lecamus

Passionné par l'innovation, Vincent est en veille constante pour dénicher les technologies et tendances qui vont impacter le secteur immobilier. Quand Vincent n'est pas occupé comme journaliste sur Immobilier 2.0, il développe de nouveaux projets entrepreneuriaux et coach des ... Lire la suite

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium