Temps de lecture : 7 minutes

C’est un des marronniers des médias en cette fin d’année, la fameuse rétrospective des actualités qui ont marqué ces 12 derniers mois. Et on peut dire que l’année 2021 fut riche en rebondissements dans le monde la Proptech. Il y a eu des rires, des pleurs et beaucoup de sang et d’encre ont coulé. Fermetures, levées de fonds extraordinaires et plus encore !

Les Agences de Papa : Un jour tu ris, un jour tu pleures…

Difficile de passer outre Les Agences de Papa, qui ont fait couler beaucoup d’encre dans l’immobilier cette année. Et à chaque momentum autour de la marque, il a été question de montants. 

En septembre, l’entreprise annonçait une levée de fonds de 6,5 millions d’euros. Forcément, une agence à prix fixe, ça fait parler, mais lorsqu’elle lève des millions… ça fait encore plus de bruit. 

Quelques mois après avoir attiré les projecteurs, Les Agences de Papa réitèrent en révélant leur chiffre d’affaires. Alors que tout le monde s’attendait à de bons résultats – pas forcément spectaculaires, mais au moins de quoi rassurer les investisseurs –, l’entreprise affiche un CA de 52 500 euros et plus de 6 millions de pertes. 

iad se demande de ce qu’il va bien pouvoir faire de tout cet argent levé

iad est un réseau de mandataires que l’on n’a plus besoin de présenter. Avec les années, l’entreprise est devenue une figure connue du paysage immobilier. Cependant, le réseau a frappé un grand coup cette année, avec une levée de fonds d’un montant de 300 millions d’euros. 

Pour ceux qui pensaient que les levées de fonds étaient réservées à des startups aux pitchs remplis de mots tels que « blockchain », « intelligence artificielle » ou « métavers », eh bien, détrompez-vous ! Un modèle d’affaires stable et une entreprise établie depuis des années sur son marché peuvent également convaincre les investisseurs, et au vu du montant, ils sont plus convaincus qu’avec des PowerPoint et un présentateur en Stan Smith/t-shirt. 

Pour iad, l’objectif de cette levée de fonds est notamment d’accompagner l’internationalisation du réseau, mais également de développer de nouveaux outils technologiques pour les mandataires de l’enseigne. 

Le groupe Arche vise le trône et rachète Century 21 France

C’est vrai que cette année, il y a eu pas mal de rachats et de concentrations dans l’immobilier. Et s’il y un rachat qui, à mon sens, n’a pas fait le bruit qu’il devait produire, c’est bien celui de Century 21 par le groupe qui détient notamment Citya, Laforêt, Guy Hoquet et j’en passe. 

En effet, Arche est un groupe méconnu du grand public, mais incontournable. Le groupe compte tout de même 19 000 professionnels de l’immobilier dans ses rangs, génère 1,2 milliard de CA et gère 110 000 transactions à l’année. Autant dire qu’on est en face d’un poids lourd du secteur. Je lisais d’ailleurs dans les colonnes de certains confrères que Arche pèserait 10 % du marché de l’ancien en France. 

Ce rachat est donc un signal fort de la concentration des enseignes dans l’immobilier. On se retrouve avec un acteur à la Realogy qui regroupe parmi les noms les plus connus. 

Katerra traîne en bas et fait chuter les prix de l’immobilier…

Cette actualité-là a trouvé une belle résonance parmi la communauté Immo2. Il faut dire que cela faisait déjà pas mal d’années que l’on vous parlait de Katerra, mais là, l’annonce de la fermeture de l’entreprise a détourné les regards du reste de l’actu immobilière pendant quelques jours. 

Katerra, c’est une histoire assez particulière à raconter. L’entreprise a été pendant quelques années la startup ayant levé le plus de fonds dans le milieu de la Proptech. Et pour cause, 2 milliards de dollars de levés. On ne parle plus en millions ici, on rentre dans la cour des milliardaires. Il faut dire que la promesse d’un acteur capable de gérer de A à Z un programme immobilier (de la conception à la commercialisation) sans intermédiaire, deux fois plus vite que la moyenne et pour bien moins cher avait de quoi séduire. 

Mais alors que l’entreprise était attendue au tournant, il semblerait qu’elle ait loupé la sortie d’autoroute. Du jour au lendemain, Katerra annonce la cessation de ses activités. Sans plus d’explications. 

Fun fact (pas vraiment fun) : Katerra a notamment été fortement soutenu par SoftBank, qui était l’investisseur principal de… WeWork. Donc, même si l’on n’a pas toutes les explications concernant Katerra, je ne peux que vous conseiller de vous méfier des entreprises soutenues par ce fonds d’investissement japonais (d’ailleurs ils possèdent 20 % des parts de Boston Dynamics, la société qui conçoit Spot, les fameux chiens tueurs robots). 

Zillow marque un temps mort dans le marché du iBuying

Bon, cette actualité, on en a vraiment beaucoup parlé. En articles, sur nos réseaux sociaux personnels (allez suivre Vincent et Florian d’ailleurs, ils ont de bonnes infos qu’ils diffusent en primeur sur leurs profils) et même dans un édito. 

En clair : Zillow a arrêté son offre d’iBuying. Un arrêt net et total. La balle dans la nuque. Le tout, sans forcément donner d’explications claires et précises sur les raisons de cette décision. Et forcément, la nature n’aimant pas le vide, les rumeurs se sont empressées de combler les trous dans les explications de Zillow. Très rapidement, le bruit comme quoi l’iBuying serait mort tournait sur les réseaux (LinkedIn; en vrai, je n’ai vu cette opinion que sur LinkedIn). 

Seulement voilà, une semaine après cette annonce, Opendoor révélait ses résultats trimestriels… et là, on s’est aperçu que l’iBuying était loin d’être mort. L’entreprise a généré un résultat de 17 millions de dollars juste sur le troisième trimestre 2021.  

On peut donc tendre à penser que c’est plutôt une mauvaise gestion de Zillow qui a été à l’origine de la décision. Et en termes de mauvaise gestion, le portail a fait fort. Puisque, malgré ses promesses d’honorer toutes ses ventes contractualisées, le portail a décidé de laisser 400 propriétaires le bec dans l’eau. Ces derniers attendaient en effet le paiement de Zillow pour emménager dans un logement neuf acheté à un promoteur… partenaire de Zillow. 

Facebook nous emmène sur la lune… virtuelle

Bon, en réalité, ce sont plusieurs actualités en une que je vous regroupe ici… mais je n’allais pas passer la moitié de mon article sur le métavers. 

Je ne reviendrais pas sur la définition du métavers. Si cela vous intéresse, je vous invite à lire notre article sur le sujet. Retenez simplement que, même s’il n’en est pas à l’origine, c’est Facebook qui a mis ce terme sur toutes les lèvres en 2021. La société allant jusqu’à se renommer « Meta » pour accompagner sa stratégie autour de ce « nouveau monde virtuel ». 

Côté immobilier, eh bien, ce sont des ventes records qui ont eu lieu dans le métavers. À savoir que certaines personnes ont dépensé plusieurs millions de dollars pour des terrains… virtuels. Si vous voulez savoir le pourquoi du comment, je vous renvoie à notre article dédié, et pour ceux qui n’ont pas envie de creuser : ce sont des investissements. Ces terrains existent dans des écosystèmes virtuels dans lesquels ils peuvent être monétisés (en gros, les autres joueurs devront payer pour accéder à ces parcelles), mais avec de l’argent bel et bien réel. 

Alors oui, on parle déjà de cryptoagents immobiliers… et étant moi-même un fan de ce que j’appelle les cryptotrucs, eh bien, je suis pressé de voir ce que les mois et années à venir me réservent. 

Et voilà, nous avons fait la rétrospective des news qui ont le plus agité la communauté d’Immo2 pendant cette année 2021. Les plus aguerris d’entre vous auront repéré que c’est un article teinté de références musicales que l’on vous a proposé pour cette rétrospective. On espère que l’année 2022 sera aussi riche en rebondissements… mais peut-être avec des histoires plus joyeuses à raconter. En tout cas, de notre côté, on est pressé de vous retrouver pour cette nouvelle année.

à propos

Article rédigé par Arnaud Hamzaoui

L'un des anciens chez Immobilier 2.0, on l'a formé sur les bancs de l'école! Arnaud est responsable de la section Actualités et veille sectorielle. C'est lui qui déniche les dernières news de l'industrie immobilière et qui les compile. Il s'occupe aussi de la rédaction d'a ... Lire la suite

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium