Ça tombe bien, ce blog est pour ça! C’est pour cela qu‘on va commencer à aborder le sujet par la base : les 3 sphères d’une stratégie web digne de ce nom.

J. Owyang, l’un des spécialistes web les plus populaires, parle des 3 sphères de la stratégie web : la communauté, l’entreprise, et la technologie.

« Si vous voulez réussir votre projet web, équilibrez ces 3 sphères! »

Nous sommes donc partis de cette théorie de base, qui a d’ores et déjà fait ses preuves, et l’avons appliquée à l’immobilier. Cet article vous permettra donc de mieux comprendre et appréhender votre stratégie web. Voici le schéma de base construit par Jeremiah Owyang en 2006 et récemment actualisé.

Ce schéma nous permet de rapidement comprendre pourquoi les 3 sphères coexistent et doivent s’équilibrer. Une défaillance de l’une peut entraîner des conséquences importantes : pas de trafic sur votre site, pas de business model viable, ou pas de client…

La sphère de la communauté

Bâtir une communauté, c’est se rapprocher de ses clients, leur fournir un espace communiquer, échanger, réagir. En générant du contenu, cette communauté va vous fournir des informations précises sur vos clients, leurs besoins et leurs habitudes de consommation. Des informations précieuses qui vous permettront de mieux les connaître et de mieux les satisfaire.

« Par dessus tout, ce stratège devrait être capable de prédire les clients seront dans les prochaines années — pas seulement comprendre les situations antérieures ou actuelles. »

La sphère de l’entreprise

Cette sphère, vous la connaissez bien et vous la maîtrisez. Ce sont vos objectifs commerciaux, mais attention : les objectifs internes et les besoins de votre communauté doivent être équilibrés, sinon : « Le résultat final? Un site web que les utilisateurs visitent rarement, des utilisateurs qui vont ailleurs pour prendre des décisions en confiance. »

La sphère de la technologie

Trop souvent négligée dans l’immobilier. Cependant, si vous êtes là, c’est que j’imagine que vous avez décidé d’y remédier. Vous avez à votre disposition une boîte à outils technologiques que vous devez maîtriser en connaissant « leurs avantages et leurs lacunes ». Il faut vous adapter aux habitudes de consommation de vos clients. Pour vous, l’iPhone est un gadget? C’est vrai, mais vos clients en raffolent! À vous de vous adapter… « Si les stratèges web opèrent correctement dans la sphère de la communauté, ils regardent déjà la façon dont l’adoption des technologies par les clients est en évolution. »

Vous aurez compris la logique générale des 3 sphères. J’ai donc cherché à aller plus loin en vous proposant un nouveau schéma adapté à l’immobilier. Imprimez-le, affichez-le et commencez à construire votre stratégie web!

stratégie web immobilier

Cliquez sur l’image pour agrandir l’image

J’espère que vous avez mieux compris la logique générale d’une stratégie web. Vous l’aurez compris, ce blog sera l’occasion pour vous d’étoffer vos connaissances sur chacune de ces sphères et, ainsi, construire une stratégie web performante pour votre entreprise.

Voici quelques exemples d’articles déjà traités concernant ces sphères :

–> Sphère de la Communauté :

loupe Internaute 2.0 – la recherche de biens immobiliers

agence-immo Internaute 2.0 – le rendez-vous avec l’agent immobilier

Facebook Immobilier et réseaux sociaux : interview du créateur du plus gros groupe Facebook destiné à l’immobilier

–> Sphère de la technologie :

logo Tutoriel pour créer simplement un Google Maps avec Mapspread

Measurix Un plan 2D/3D gratuitement avec votre diagnostic immobilier, c’est possible…

Vous pouvez diffuser cet article et le graphique sur votre blog, mais n’oubliez pas de citer vos sources et de mettre un lien vers Immobilier 2.0.

Pour ma part, voilà les sources d’inspiration pour cet article : « The Three Spheres of Web Strategy », Jeremiah Owyang, 2009, version française traduite par Julien Dorra pour – http://ils.sont.la/

{include_content_item 1979}

à propos

Florian Mas

Article rédigé par Florian Mas

Le marketing et la communication immobilière n'ont plus de secrets pour Florian. Sa vision est simple, le succès de votre entreprise immobilière ne tient qu’à une chose : une bonne stratégie de génération de prospects vendeurs et acheteurs pour alimenter une base de donn ... Lire la suite

Débats et commentaires de la communauté

Participez au débat et faites entendre votre voix en laissant un commentaire

  1. Avatar
    Mik'O says:

    Bonjour,

    je comprends très bien le postionnement de vos différentes bulles et l’intérêt de les équilibrer. Toutefois, dans votre schéma, vous associez les réseaux sociaux aux outils technologiques. A mon goût il s’apparente plus celle de la communauté. Twitter et consors sont des outils sur lesquels assoir une notoriété ou sur lesquels proposer son actualité (avec les risques de débordement et de modération que cela engendre). Reste ensuite à l’outil technologique de convaincre ces nouveaux prospects avec l’appui notamment des visites 360, des diaporamas, de la réalité augmentée…. Dans une stratégie web, comme classique, n’est-il plus logique de développer une communauté autour de ses objectifs (quitte à amoindrir le nombre pour qualifier l’audience) ? Par exemple lorsque l’on commercialise des produits depuis un certain temps dans un domaine particulier, il me paraît assez compliqué de revoir sa stratégie en la basant sur une communauté d’internautes aux habitudes très variées….

  2. Avatar
    BK says:

    Tout ceci est utilisable lorsque l’on s’adresse a un groupe ciblé comme les 20- 30 ans sur de l’immobilier exclusivement urbain.
    Hors de ce contexte si particulier les technologies de réseaux sociaux sont encore sous utilisées. 80 % des twitts sont émis par 10% des inscrits et 50 % des inscrits n’ont jamais utilisés leurs comptes.
    La technologie ne semble pas encore être une bulle a part entière, les vidéos ou visites à 360° en QTVR offrent des visions tronquées des biens.
    Du coup, la bulle communauté est elle aussi en développement et sa croissance est lente.

  3. Avatar
    FlorianMas says:

    @Mik’O

    Concernant Facebook, Twitter, effectivement ces outils servent la sphère de la communauté. Mais je pense que ça reste des outils, d’où le positionnement dans la sphère technologique.

    L’idée n’est pas de revoir sa stratégie d’entreprise. Attention pour moi votre stratégie web n’est qu’un des aspects de votre stratégie globale. Il ne faut donc pas chambouler tout ce que vous avez construit, mais plus affiner la branche dédiée au Web.

    @BK

    Je ne pense pas que la sphère de la communauté soit en croissance lente. Je pense plutôt que développer sa communauté est un travail de longue haleine.

    C’est d’ailleurs l’une des problématiques des grands groupes dans lesquels on voit apparaitre de nouveaux métiers : les « Community Manager ». C’est, donc je pense, un pari sur le moyen terme.

    Effectivement, Twitter est encore peu développé au niveau du grand public, c’est d’ailleurs pour ça que nous n’avons pas abordé ce sujet sur ce blog.

    Je pense que cet outil est très intéressant pour l’immobilier, mais qu’il faut encore qu’il se démocratise en France (trop geek pour le moment).

    Toutefois, nous risquons de vite aborder le sujet puisqu’il y a deux jours Google à mis en place un nouveau service qui index les tweets en temps réel… les répercussions risque d’être importante notamment au niveau du référencement… Il va donc falloir compter sur ces nouveaux services pour plus de visibilité web.

  4. Avatar
    BK says:

    Peut être serait il bon de définir la communauté
    – est-ce tous les utilisateurs dans leur ensemble ?
    – est-ce simplement les utilisateurs de réseaux sociaux ?

  5. Avatar
    Mik'O says:

    A mon goût la communauté est une notion un peu plus précise que ces deux définitions. Il s’agit plutôt de l’ensemble des utilisateurs susceptibles d’être intéressés par la prestation, ou en ayant déjà profiter. Il faut au minimum que ces personnes aient un intérêt à adhérer cette fameuse communauté. En ce sens, je distingue deux communauté différente :
    _ celle que l’on fédère et que l’on fidélise autour de son produit (par exemple au travers des médias sociaux)
    _ celle qui se crée de manière naturelle autour de son produit. Hélas, en général, dans ce cas, c’est plus pour manifester son mécontentement ….. 🙁

  6. Avatar
    FlorianMas says:

    Oui je suis plutôt d’accord avec @Mik’O, à mon sens la communauté concerne bien l’ensemble des utilisateurs potentiels et notamment les clients de vos entreprises.

    Le challenge reste à amener ces dernier dans un espace communautaire que vous « controlez » (j’entend par contrôler un espace ou vous pouvez communiquer et fidéliser le client, l’internaute, le prospect…).

    Pour ça il faut lui proposer des moyens d’entrer en communication avec vous via un réseau social, un blog, un espace privilégié…

    Est-ce que certain d’entre vous on déjà proposer à leurs clients en agence de les rejoindre sur Facebook ou sur un blog ? Je pense que la démarche vaudrait le coup d’être tester, non ?

  7. Avatar
    BK says:

    Imaginons une personne lambda à la recherche d’un bien immobilier.
    Cette personne intègre la « communauté » le temps de sa recherche, ensuite quel intérêt aura-t-elle a rester actif dans cette communauté.
    Nous aurions donc des contributeurs occasionnels dans notre communauté, or le principe même de ce système est la constance dans les échanges.
    De plus les anciens systèmes communautaires comme les forums nous ont démontré toutes les difficultés a entrer dans un groupe déjà constitué de tauliers.

  8. Avatar
    FlorianMas says:

    Hum, en France on a son avocat, son expert comptable, son boulanger… pourquoi on aurait pas son agent immobilier ?
    Un seul agent qui nous suit tout au long de notre vie de propriétaire, celui qui vendra la maison qu’on a acheté, celui que l’on conseil à nos amis… Tu vois où je veux en venir…
    La communauté et le web permet de garder le lien avec le client pour un coût égal à 0. Pourquoi s’en priver ?

  9. Avatar
    Mik'O says:

    Je suis assez d’accord avec toi BK sur le côté fugitif d’une communauté basée autour de l’immobilier. Alors que certains domaines y sont plutôt favorables de part leur côté renouvelable (high tech en tête de liste), on n’achète pas aussi souvent un appart’ qu’un jeu vidéo….. enfin, personnellement, j’aimerai bien, mais bon….

    La vision de l’agent immobilier qui nous suit toute notre vie est pour moi assez utopiste. Ils ‘agit d’un domaine où la concurrence est rude, et où l’on n’hésite pas à rencontrer plusieurs boîtes différentes avant de se décider. Pour que cet agent soit objectif, on part plutôt dans l’idée d’un courtier, qui puisse lui-même faire jouer la concurrence de manière transparente pour le client … Or, ce genre de métier est exclusivement axé sur le bouche à oreille, et peu d’entre eux possèdent un site internet et une communication sur le web. Il s’agit d’un rapport plus intimiste, comme avec un avocat, où l’on a pas forcément envie de partager ses infos personnelles sur un média public.

  10. Avatar
    Thomas Dugué says:

    Bonjour,

    Simplement 1 remarques et une question à ce que j’ai lu précédement ;

    Citation de BKTout ceci est utilisable lorsque l’on s’adresse a un groupe ciblé comme les 20- 30 ans sur de l’immobilier exclusivement urbain.

    Ne pas oublier que ces mêmes 20-30 auront demain 40-50 ans et ils seront la plus grande partie de vos prospects et auront les mêmes habitudes de consommation.

    Il s’agit je pense de se positionner sur le long terme et d’acquérir un « savoir-communiquer » et une notoriété sur l’Internet et l’utilisation des Nouvelles Technologies.

    Mieux vaut avoir fait ses erreurs de communication Internet il y a 5 ans, en étant parmi les précurseurs, qu’aujourd’hui en étant parmi les retardataires.

    Citation de BKles vidéos ou visites à 360° en QTVR offrent des visions tronquées des biens.

    J’aimerai bien comprendre cette remarque ?

    Comment ces technologies peuvent offrir des visions tronquées, alors que sur la plupart des sites web, des plaquettes commerciales. etc .. on se limite bien souvent a quelques photos ?

  11. Avatar
    BK says:

    Ne pas oublier que ces mêmes 20-30 auront demain 40-50 ans et ils seront la plus grande partie de vos prospects et auront les mêmes habitudes de consommation.

    Il s’agit je pense de se positionner sur le long terme et d’acquérir un « savoir-communiquer » et une notoriété sur l’Internet et l’utilisation des Nouvelles Technologies.

    Mieux vaut avoir fait ses erreurs de communication Internet il y a 5 ans, en étant parmi les précurseurs, qu’aujourd’hui en étant parmi les retardataires.

    Qui aurait pu imaginer il y a 2 ans qu’un outil comme Twitter ferait tant de buzz qu’aujourd’hui avec au final un concept « simpliste »

    Qu’est ce que ça sera dans 10 ans, même dans 6 mois ?
    De nouveaux usages apparaitront sûrement moins volatiles que ceux d’aujourd’hui

    En plus comment parler de communautés avec un nombre d’utilisateurs réguliers très faibles
    Twitter : beaucoup d’inscrits, très très peu d’actifs
    Facebook : c’est sympa 1 mois après on se demande « mais à quoi ça sert en fait ? »
    Economiquement ces structures pèsent virtuellement des milliards en perdant des millions par an
    ça ne durera pas, tout comme le système boursier il y a 18 mois, ça pètera
    on reviendra à des solutions plus professionnelles qui tiendront la route

    J’aimerai bien comprendre cette remarque ?

    Comment ces technologies peuvent offrir des visions tronquées, alors que sur la plupart des sites web, des plaquettes commerciales. etc .. on se limite bien souvent a quelques photos ?

    exemple : tous les panoramas 360° que je vois sur des sites d’agence offrent « des lignes de fuite » complètement disproportionnées
    on se perd dans les mesures, une pièce petite peut apparaître spacieuse (et inversement) selon l’angle et la prise de vue
    les modélisations 3D sont souvent « froides » comme souvent avec la 3D
    la visite d’un bien immobilier se fait souvent sur un feeling, quelques secondes suffisent pour savoir si on se plaira
    ces modèles 3D rendent impersonnel et «  » »inhumain » » » le bien
    on ne peut se l’approprier

  12. Avatar
    Mik'O says:

    L’immobilier old school n’est pas mort. Bien au contraire ! Ormis pour des investisseurs qui se moquent du bien qu’il achètent, le bien immobilier doit avoir du charme. Le passage de la commercialisation vers l’internet n’est qu’un nouveau levier, issue des nouvelles tendances sociales. L’avantage est que cette technique est moins coûteuse et permet un meilleur ciblage que le print. Les réseau sociaux constituent un petit plus qui permettent une acquisition ponctuelle de prospect. La communuaté reste trop fugitive pour être réellement une base solide pour le futur.

    Pour rejoindre le débat sur les vues 3D, il faut quand même garder en tête qu’internet et tout ses artifices ne sont qu’une vitrine améliorée et interactive. On y présente certes un produit, on arrive à convaincre le prospect de visite, mais on ne fait pas de vente…. Avez-vous déjà croiser un site qui propose un paiement en ligne pour son appart ? (oui je sais, c’est un peu caricatural mais pourtant vrai). c’est au commercial ou au négo de finaliser lui même la vente et je pense que seule une visite réelle d’un lieu peut donner le déclic au prospect.

  13. Avatar
    BK says:

    Personnellement je crois fort à cette notion de communauté en ligne mais sous des formes différentes, pas avec des outils immatures comme Facebook ou Twitter.
    Pour ma part il faudrait concentrer son attention (en tant qu’émetteurs d’informations – ex: agence immo ou en tant que récepteurs – ex: clients, prospects) sur le CONTENU, la qualité de l’information et sa disponibilité
    et la encore une fois le micro-blogging ou les réseaux grand public ne font pas du tout ce travail

    Un blog comme celui ou nous échangeons remplit cette fonction de communauté mais très spécialisée

  14. Avatar
    jean portier says:

    Pour notre agence immo de la côte d’azur,on a les outils,
    twitter, page facebook,blog,youtube, et j’en passe.
    Mais je pense que ces outils restent des gadgets pour
    quelques AI d’avant garde, mais ne génére pas de vrai trafic.
    Y aura t il un ‘outil’ qui va dominer ? une référence?