Alors que l’année 2021 est en train de démarrer doucement, il est venu le temps de regarder vers l’avant et de se préparer à ce qui nous attend cette année. Après avoir passé en revue les tendances auxquelles s’attendre dans le marketing immobilier, nous nous intéressons aujourd’hui aux technologies qui vont impacter le secteur dans les prochains mois. Alors, à quoi s’attendre du côté de la Proptech? 2021, année de la blockchain? De l’intelligence artificielle? On fait le point sur ces éléments.

La dématérialisation des outils et supports de travail

C’est une des sonnettes d’alarme qui a été tirée par la COVID-19 : les entreprises doivent rapidement prendre le pas de la dématérialisation. Qu’il s’agisse de leur process interne ou bien externe, outils de travail comme supports de communication et offres de service doivent être dématérialisés.

Ce qui est « bien », c’est que la plupart des professionnels ont pris conscience de cette nécessité pendant les deux confinements que la France a connus (pour ceux qui n’avaient pas encore sauté le pas). Et donc, vous êtes déjà dans l’état d’esprit de faire bouger les choses et de donner à votre agence les outils nécessaires pour qu’elle performe en 2021.

Le conseil qu’on peut vous donner pour prendre de l’avance sur cette tendance qui va définitivement se concrétiser en 2021, c’est de fournir à vos équipes les moyens de travailler via des supports dématérialisés.

Votre logiciel de transaction doit être accessible depuis le domicile ou le smartphone de vos équipes. Vous devez permettre à vos équipes de mener une transaction avec le moins d’éléments physiques (documents, rencontres) possible. Mais on revient plus précisément sur ce point dans le paragraphe ci-dessous.

Vous devez également dématérialiser vos campagnes de communication. Concrètement, en 2021, vos prospectus doivent être remplacés (du moins partiellement) par des campagnes d’emailing, des publications sur les réseaux sociaux, des articles de blog, etc. Crise sanitaire oblige, mais c’est également bon pour la planète (et cela répond aux obligations en termes de publicités qui vont être appliquées durant l’année).

Le développement du distanciel

C’est une tendance qui se dresse en parallèle de celle sur la dématérialisation. Comprendre qu’il ne s’agit pas à proprement parler de la même chose. Si je devais résumer la différence que j’entends entre la dématérialisation et l’explosion du distanciel, c’est que dans un cas, on parle simplement de supports, dans l’autre, il y a une notion de distance. Un élément extrêmement important lorsqu’on évolue dans un secteur basé sur les relations tel que l’immobilier. Pour donner un exemple concret : la dématérialisation, c’est habituer le client à signer sur votre tablette, le distanciel, c’est qu’il ait la même impression et expérience lors d’un rendez-vous à l’agence que lors d’un entretien en visio.

Pour les professionnels de l’immobilier :

Cette notion de distanciel a impacté nos vies professionnelles à tous et les clients sont devenus de plus en plus à l’aise avec cette présence « virtuelle ». Pour certains clients, c’est même devenu une nécessité, pour une question de confort autant que pour ce qui est lié à la crise sanitaire actuelle.

Pour les professionnels de l’immobilier, cela signifie de nombreux changements. Je parlais des rendez-vous et des rencontres clients. En effet, de plus en plus vont se reporter sur ces solutions distancielles, ou au moins s’attendre à ce que vous les proposiez. On va donc vous conseiller de mettre en place les outils nécessaires pour cela :

  • Prise de rendez-vous en ligne;
  • Possibilité de faire les rendez-vous en visio;
  • Mise en place d’outils tels que les visites virtuelles;
  • Solutions de signature à distance des contrats et documents.

Les administrateurs de biens vont également devoir trouver des solutions pour proposer à leurs résidents des services comme la tenue à distance des AG de syndics ou encore la possibilité de suivre la résolution d’incidents de n’importe où.

Phygital à toutes les sauces

Dématérialisation, distanciel… à croire que l’immobilier n’est plus un secteur de rencontres. Détrompez-vous, ces évolutions viennent s’ajouter sans pour autant occulter cette partie-là du métier des professionnels du secteur.

En 2021, on va aller vers une agence « phygitale », c’est-à-dire à la fois physique et digitale. C’est une conséquence des deux transformations mentionnées ci-dessus. La dématérialisation et la démocratisation du distanciel vont forcer les professionnels à proposer des expériences en ligne, qui soient de la même qualité que l’expérience en agence. C’est bel et bien dans ce sens-là qu’il faut prendre les choses.

Votre agence, vos dossiers clients, vos documents, vos services… Tout cela doit être accessible de façon physique et numérique. L’expérience que vous proposez doit être homogène. Bien entendu, vous n’êtes pas obligé de passer l’entièreté de votre offre de service en ligne, mais vous devez réfléchir aux synergies possibles entre votre présence (et vos services) en ligne et au sein de l’agence.

Pour développer la dématérialisation (et surtout, sa mise en place au sein de votre agence), je vous invite à consulter nos articles et notre dossier dédiés à la dématérialisation de votre agence immobilière.

Le développement de la « digital workplace »

Autre évolution qui accélère avec l’impact de la COVID-19 : le développement de ce qu’on appelle l’espace de travail numérique. Les professionnels, de tous les secteurs, ont dû apprendre à réinventer leurs méthodes de travail en intégrant le numérique.

Pour les professionnels de l’immobilier, cela sous-tend plusieurs évolutions. Tout d’abord, des changements au sein de l’organisation même de l’agence. Mais nous avons déjà abordé ces derniers précédemment dans l’article.

Avec sa numérisation, l’environnement de travail devient de plus en plus poreux et s’invite désormais chez les clients. Si elle n’est pas nouvelle, cette transition a été accélérée par la crise et le recours massif au télétravail. Pour le dire clairement : la possibilité d’installer un espace de travail au sein de son logement va devenir un critère de plus en plus récurrent. Et derrière ce critère, d’autres viennent s’agréger. On peut citer en exemple la question de la connectivité, qui était déjà importante et qui va devenir centrale.

Pour l’immobilier d’entreprise, la dématérialisation de l’environnement de travail va forcer les gestionnaires à revaloriser ces espaces. Notamment en développant les services au sein du bâtiment. Cela passe notamment par la mise en place d’objets connectés capables de récupérer l’information générée par le bâtiment. Une transition d’autant plus importante que les espaces de travail sont encore fortement impactés par la crise sanitaire et que les clients sont en demande de solutions.

On peut parier qu’en 2021, de nombreux immeubles de bureaux vont s’équiper afin de limiter les contacts et les flux de personnes. Que cela soit des éléments permettant de suivre (et monitorer) l’occupation des différentes salles, ou encore des dispositifs permettant de maintenir les normes sanitaires actuelles. Des investissements qui vont donc accélérer la « transformation digitale des bâtiments » et, forcément, rebattre les cartes pour les professionnels qui commercialisent ou gèrent de l’immobilier d’entreprise.

Blockchain : enfin une démocratisation des solutions reposant sur cette technologie

La blockchain est une technologie qui fait parler d’elle depuis maintenant plusieurs années. Et pour cause, cette technologie pourrait être une des révolutions les plus importantes de ces dernières décennies (et pas que pour l’immobilier). Normal qu’il faille donc un temps d’adaptation entre le marché et cette innovation pour la voir pleinement démocratisée.

Si les transactions via la blockchain sont de plus en plus courantes, ce ne sont pas les seules expressions de cette technologie dans l’immobilier. En effet, la blockchain est, avant tout, une technologie qui favorise la transmission sécurisée des informations. Informations au sens large. Il peut s’agir de transactions financières, de signatures, de documents complets…

Et c’est sur cette facette-ci de la technologie qu’il faut s’attendre à voir des solutions débarquer en 2021. En effet, la transmission des documents et la sécurisation des informations sont parmi les enjeux principaux de l’immobilier. On vérifie des informations bancaires, on fait transiter des documents à valeur légale, on transfère des titres de propriété… Tout autant d’opérations qui pourraient être optimisées (voire totalement désintermédiées) grâce à la blockchain. Seul frein : la législation doit encore s’adapter et favoriser le développement de ces solutions.

Afin de compléter cette courte présentation, rappelons que la blockchain est notamment la technologie sur laquelle reposent les cryptomonnaies. Mais pour une présentation complète de cette technologie et ses tenants et aboutissants dans l’immobilier, je vous renvoie plutôt à nos articles dédiés.

L’intelligence artificielle

Impossible d’écrire un article sur les tendances technologiques de 2021 et de ne pas parler de l’intelligence artificielle. C’est certainement la tendance dont on entendra le plus parler durant cette année 2021.

Est-ce que cela veut dire que ça y est, c’est cette année que nos emplois seront remplacés par des robots qui ressemblent étrangement à un ancien gouverneur de Californie? Je peux répondre d’emblée que non. Le scénario de science-fiction, ce n’est pas pour tout de suite.

Non, il va surtout être question du développement de l’intelligence artificielle afin d’automatiser un ensemble de tâches à faible valeur ajoutée. Une promesse qu’on entend depuis quelque temps désormais et qui se concrétise un peu plus à chaque année qui passe.

Si vous voulez des exemples concrets de la façon dont l’intelligence artificielle va changer votre travail au quotidien en 2021, voici quelques pistes :

  • L’optimisation de la diffusion des annonces sur les portails. En privilégiant les heures les plus propices à la génération de contacts en fonction du type de bien et de la géolocalisation.
  • La rédaction automatique des annonces en intégrant les problématiques de référencement et les critères les plus importants pour les clients.
  • La prise de rendez-vous automatisée en fonction des agendas partagés de l’équipe .
  • La gestion automatisée du service client, notamment pour répondre aux questions les plus courantes.
  • La qualification des leads, et le management de ces derniers sur la durée avec des envois automatiques de contenus, des segmentations automatiques de la base de données de l’agence…

En 2021, si vous vous intéressez au marketing digital, vous allez certainement entendre parler d’IoB, pour « Internet of Behavior ». Et si c’est effectivement une tendance importante, ce n’est pas de celle-ci dont je parle ici. Je parle présentement de l’« Internet of Building » (le terme est de chez nous). Pour parler non pas seulement de l’informatisation des bâtiments (via des objets connectés notamment), mais aussi de la contextualisation de cette informatisation. Le bâtiment numérique génère des données, qu’il convient de placer dans l’environnement. Cette donnée doit interagir avec les autres afin de faciliter la prise de décision et l’optimisation de l’utilisation qui est faite du bâtiment.

L’impression 3D et les nouvelles façons de construire

Cela fait maintenant quelques années qu’on voit poindre des exemples de maisons et de bâtiments imprimés en 3D. 2020 a connu beaucoup d’innovations de ce côté-là aussi. Avec, par exemple, des imprimantes 3D capables d’imprimer des éléments en béton, ou encore de réaliser des fondations en seulement quelques heures.

Plus que l’impression 3D, c’est l’optimisation du parcours de construction qui va être centrale cette année pour les constructeurs. Logistique, optimisation des étapes de construction, gestion des matières premières… Toutes ces problématiques sont défiées par des nouveaux venus.

Je pense par exemple à Katerra, qui révolutionne les étapes de construction des bâtiments en ayant absolument tout internalisé (de la découpe du bois pour la matière première à la commercialisation). Soutenue par SoftBank, cette pépite de la Proptech est devenue la startup immobilière la plus financée à ce jour. Et tous les regards sont actuellement posés sur elle, le marché attendant de voir la résilience du concept face à la crise.

Il nous faut également mentionner les innovations à venir concernant l’impact écologique des constructions. Un sujet de plus en plus prégnant lorsqu’on parle du secteur immobilier. Les solutions qui ont l’ambition de fluidifier les étapes de construction vont également devoir se montrer innovantes en ce qui concerne leur impact écologique.

Je pense que nous avons fait ici un tour complet des technologies à surveiller en ce début 2021. L’idée ici était non pas seulement de présenter des concepts, mais aussi de donner des pistes concrètes de la façon dont ces innovations vont s’intégrer dans le quotidien des professionnels de l’immobilier. N’hésitez pas à nous partager les technologies qui seront pour vous déterminantes dans les 12 prochains mois.

à propos

Arnaud Hamzaoui

Article rédigé par Arnaud Hamzaoui

L'un des anciens chez Immobilier 2.0, on l'a formé sur les bancs de l'école! Arnaud est responsable de la section Actualités et veille sectorielle. C'est lui qui déniche les dernières news de l'industrie immobilière et qui les compile. Il s'occupe aussi de la rédaction d'a ... Lire la suite

Vous devez être membres pour participer au débat

OU

Devenir membre Immo2 Premium